2013/01/20 14:47 KST
Article View Option

Des experts doutent des promesses de Park en matière de protection sociale

SEOUL, 20 jan. (Yonhap) -- Un nombre croissant de centres de recherche et d’experts du privé sont actuellement en train de remettre en question la faisabilité des promesses de campagne de la présidente nouvellement élue Park Geun-hye dans le domaine de la protection sociale, en soulignant que le budget nécessaire sera probablement deux fois supérieur à celui annoncé initialement.

Le Parti Saenuri, auquel appartient Park, a prédit qu’un budget de 130.000 milliards de wons (123 milliards de dollars) serait suffisant pour financer toutes les promesses de la nouvelle présidente en matière de protection sociale, incluant le paiement des retraites, l’extension de la couverture santé et la construction d’habitations à prix modérés, au cours des cinq prochaines années.

Cependant, des think tanks privés, dont l’Institut coréen de recherche économique (KERI), ont mis en garde que les programmes sociaux de Park pourraient en fait coûter aux contribuables 270.000 milliards de wons, soit 54.000 milliards de wons chaque année pendant toute la durée de son mandat présidentiel.

L’Institut coréen pour la santé et les affaires sociales (KIHASA) est encore plus pessimiste, en prévoyant une multiplication par trois de l’estimation de départ. En effet, le KIHASA anticipe que les incertitudes budgétaires constitueront le plus grand obstacle aux promesses de Park d’étendre la gratuité scolaire jusqu’au lycée et d’améliorer la couverture assurance pour les patients souffrant d’un cancer ou de l’une des trois autres grandes maladies.

Alors que les inquiétudes se multiplient quant à la faisabilité des promesses électorales, l’équipe de transition de Park serait en train de chercher des moyens pour financer ses projets à grande échelle dévoilés durant la campagne.

Selon des observateurs, le nouveau gouvernement se devra de faire de ce problème budgétaire, avant l’investiture de Park la fin du mois prochain, une question d’ordre public afin de pouvoir matérialiser les promesses dans le futur. Han Hee-won, professeur de droit à l’université Dongguk, avance que 100% des promesses ne sont que «pures illusions».

Kim Yoo-chan, qui enseigne la gestion à l’université Hongik, conseille pour sa part au prochain gouvernement de relever les taux d’imposition frappant les revenus et les entreprises pour accroître ses recettes fiscales. «Il est difficile de voir comment (le gouvernement) pourra s’assurer les fonds nécessaires en réduisant les exemptions d’impôt et en s’attaquant à l’économie souterraine», fait remarquer Kim.

Bien que Park estime qu’il est encore prématuré d’envisager des modifications de ses promesses, certains membres de son parti se demandent à présent comment il sera possible de rassembler les fonds requis sans augmenter les taxes comme promis au cours de la campagne.

Selon le plan de Park, son nouveau gouvernement obtiendra 71.000 milliards de wons parmi les 134.000 milliards nécessaires en réduisant les dépenses et le reste proviendra de la plus grande limitation des diminutions et exemptions fiscales et d’une taxation plus sévère de l’économie parallèle.

xb@yna.co.kr

(FIN)