2018/09/05 10:52 KST

Article View Option

La Corée du Sud est à la traîne par rapport aux USA et à la Chine en termes d'IA, d'après McKinsey

SEOUL, 05 sept. (Yonhap) -- Le cabinet de consulting McKinsey Global Institute a déclaré aujourd'hui que la Corée du Sud avait un «fort avantage comparatif» en termes de préparation aux technologies liées à l'intelligence artificielle (IA), bien qu'elle accuse un retard par rapport aux Etats-Unis et à la Chine.

Selon le rapport publié par McKinsey, la Corée du Sud est un pays de second rang en matière de préparation aux technologies d'IA, avec le Canada, la France et la Suède. L'étude concerne 41 nations. Les Etats-Unis et la Chine ont, quant à eux, été regroupés en tant que «leaders mondiaux actifs».

«Ces deux pays mènent actuellement la course pour fournir de l'IA, et ils disposent d'atouts uniques qui les distinguent de tous les autres», indique le rapport.

«Ensemble, ils sont responsables de la grande majorité des activités de recherche liées à l'IA. Ils sont très en avance sur les autres pays en matière de brevets, de publications et de citations liés à l'IA», ajoute le document.

McKinsey a également souligné que les Etats-Unis et la Chine ont représenté 66% et 17% des investissements externes dans le segment en 2016, la Chine ayant fait des progrès pour étendre sa présence.

L'institut de recherche a ajouté que l'écart entre les pays en termes de développement de l'IA pourrait se creuser.

«Selon notre simulation, les économies les plus disposées à bénéficier de l'IA pourraient atteindre des niveaux d'absorption supérieurs d'environ 11 points de pourcentage à ceux des adoptants lents d'ici 2023, et cet écart devrait atteindre environ 23 points de pourcentage d'ici 2030.»

«Cela indique que, tout comme la fracture numérique, une fracture de l'IA peut apparaître entre les économies avancées et en développement», ajoute le rapport.

En ce qui concerne le marché de l'emploi, McKinsey a estimé que la part des emplois nécessitant des compétences numériques réduites pourrait tomber à 30% en 2030, contre 40% actuellement, suite au développement des technologies d'IA. En revanche, les emplois nécessitant des compétences plus élevées pourraient passer de 40% à 50%.

lp@yna.co.kr

(FIN)