2017/12/14 14:00 KST

Article View Option

La Corée du Sud va se tourner vers les énergies renouvelables et le gaz naturel

Le président Moon Jae-in prononce une allocution le lundi 19 juin 2017 à Busan, ville portuaire située dans le sud-est du pays, lors de la cérémonie de proclamation de la fermeture définitive du réacteur nucléaire Kori-1.
Allocution de Moon

Le président Moon Jae-in prononce une allocution le lundi 19 juin 2017 à Busan, ville portuaire située dans le sud-est du pays, lors de la cérémonie de proclamation de la fermeture définitive du réacteur nucléaire Kori-1.

SEOUL, 14 déc. (Yonhap) -- La Corée du Sud va passer du charbon et du nucléaire à l'énergie renouvelable et au gaz naturel pour répondre aux préoccupations environnementales et aux problèmes de sécurité, a déclaré jeudi le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l'Energie.

Le ministère a annoncé le huitième plan de base pour l'offre et la demande d'électricité à long terme lors d'une réunion avec une commission parlementaire, qui comprend une feuille de route énergétique couvrant la période 2017-2031.

«Alors que les plans du passé étaient axés sur la stabilité de l'approvisionnement énergétique et l'efficacité économique, ce huitième plan met davantage l'accent sur les questions liées à l'environnement et à la sécurité», a indiqué le ministère dans un communiqué. «Lors de la construction de nouvelles centrales électriques, le gouvernement réduira sa dépendance à l'égard des grandes centrales nucléaires ainsi que des centrales au charbon et accordera une plus grande priorité aux usines de gaz naturel liquéfié et renouvelable (GNL-R).

Le ministère a fait état de la hausse du ratio des énergies renouvelables à 20% d'ici 2030 en augmentant les investissements dans les centrales solaires et éoliennes.

La nouvelle politique énergétique a été conçue pour suivre l'évolution de l'environnement énergétique et les préoccupations croissantes en matière de sécurité. Ces inquiétudes font suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima survenue en 2011 et aux forts séismes qui ont récemment secoué le sud-est de la Corée du Sud.

Le gouvernement a annoncé qu'il prendrait des mesures pour fermer le réacteur Wolsong-1 avant la fin de son calendrier opérationnel. Le cycle de vie de 30 ans du réacteur a pris fin en 2012, mais il a été prolongé de 10 ans jusqu'en 2022. Il est maintenant le réacteur le plus ancien du pays, suite à la fermeture définitive de Kori-1 en juin.

«Nous mènerons une étude de faisabilité économique sur Wolsong-1 et recueillerons des opinions de la communauté locale au cours du premier semestre 2018 afin de décider du moment de sa fermeture définitive», a indiqué le ministère. «Nous allons prendre des mesures juridiques visant à demander à l'autorité de réglementation nucléaire d'approuver ce plan opérationnel.»

Dans le cadre du programme de démantèlement nucléaire, les dix réacteurs les plus anciens du pays seront retirés d'ici 2030, à mesure que leur cycle de vie opérationnel expirera un par un pour faire passer leur nombre à 18 en 2018.

Actuellement, la Corée du Sud exploite 24 réacteurs nucléaires qui génèrent environ 30% de son électricité, tandis que le charbon et les énergies renouvelables en fournissent respectivement 37,5% et 6,2%.

L’exécutif prévoit également de fermer sept centrales au charbon et de convertir six projets de ce type en usines de GNL-R afin de réduire les émissions de carbone.

Tout en autorisant la construction en cours, les installations âgées de plus de 30 ans seront interdites d'exploitation pendant la saison printanière, lorsque le pays fera face à une mauvaise qualité de l'air causée par les poussières fines.

Avec le développement de l'énergie renouvelable, le ministère a affirmé qu'il souhaitait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 26% par rapport au niveau activités normales ainsi que le taux de poussières fines de 62% d'ici 2030.

Le gouvernement a déclaré que le nouveau plan énergétique ne ferait pas augmenter les prix de l'électricité au cours des cinq prochaines années et que les avancées technologiques dans les panneaux solaires et autres sources d'énergie propre feraient baisser leurs coûts de production à long terme.

Le ministère prévoit de tenir une audience publique le 26 décembre et un comité pour la politique en matière d'électricité confirmera le plan.

lp@yna.co.kr

(FIN)