2018/01/09 09:00 KST

Article View Option

PyeongChang J-30 : les premiers Jeux olympiques d'hiver en Corée du Sud sont presque là

SEOUL, 09 jan. (Yonhap) -- L'attente est presque terminée. PyeongChang 2018, les premiers Jeux olympiques d'hiver à se dérouler en Corée du Sud, débuteront dans 30 jours à PyeongChang et dans d'autres villes de la province du Gangwon.

PyeongChang a remporté le droit d'organiser les JO d'hiver 2018 en juillet 2011, à sa troisième tentative, après avoir cédé la place à Vancouver en 2010 et à Sotchi en 2014. Les Jeux sud-coréens se dérouleront du 9 au 25 février sous le slogan «Passion. Connectée.»

Le stade pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 est recouvert de neige le dimanche 26 novembre 2017, à PyeongChang, dans la province du Gangwon.
Stade des JO recouvert de neige

Le stade pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 est recouvert de neige le dimanche 26 novembre 2017, à PyeongChang, dans la province du Gangwon.

L'ensemble des 12 sites olympiques sont prêts à accueillir les athlètes, qui se disputeront 102 médailles, un record, dans sept sports et 15 disciplines, à PyeongChang ainsi qu'à Gangneung et Jeongseon.

Le comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de PyeongChang 2018 (POCOG) estime que 90 pays enverront environ 6.000 athlètes et officiels en Corée du Sud.

Les 12 sites se situent tous à 30 minutes les uns des autres, ce qui a aidé PyeongChang à remporter le vote en 2011.

Le pôle de montagne de PyeongChang abritera le centre de biathlon d'Alpensia, le centre de ski de fond, le centre de saut à ski, le centre de glisse, le parc de neige de Phoenix et le centre alpin de Yongpyong. Les sites de Gangneung se trouvent à 20 km à l’est de ce pôle et comprennent le centre de hockey de Gangneung, l’ovale de Gangneung, le palais des glaces de Gangneung, le centre de curling de Gangneung et le centre de hockey de Gangneung. Le centre alpin de Jeongseon, où se dérouleront les épreuves de ski alpin, est le seul lieu de compétition situé à 20 km au sud de PyeongChang.

Ci-dessus, les médailles d'or, d'argent et de bronze pour les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.
Médailles pour les JO de PyeongChang

Ci-dessus, les médailles d'or, d'argent et de bronze pour les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang 2018.

Six des 12 sites ont été construits pour l'occasion, tandis que les six installations existantes ont été rénovées. Le palais des glaces de Gangneung, lieu de patinage de vitesse sur piste et de patinage artistique, et l’ovale de Gangneung, qui accueillera des courses de patinage de vitesse, ont déjà abrité des compétitions nationales et internationales.

La Corée du Sud a entrepris de récolter jusqu’à 20 médailles à PyeongChang 2018, dont huit dans le métal le plus précieux, et de se classer parmi les cinq premières nations dans la course aux médailles. Aux Jeux d’hiver de 2014 à Sotchi, la Corée du Sud a remporté trois médailles d’or, trois d’argent et deux de bronze pour se classer 13e.

La meilleure performance de la délégation sud-coréenne à des JO d’hiver a eu lieu à Vancouver en 2010, elle avait alors remporté six médailles d’or et récolté un record de 14 médailles au total pour terminer 5e. Les 26 titres olympiques d’hiver de la Corée du Sud proviennent des épreuves sur glace (patinage sur piste courte, patinage de vitesse et patinage artistique). Cette fois encore, le pays du Matin-Clair devrait gagner la majeure partie de ses médailles sur la glace, tout en améliorant ses performances dans les épreuves de glisse comme le skeleton et le bobsleigh.

La mascotte des Jeux olympiques de PyeongChang est le tigre blanc «Soohorang», gardien mythique dans le folklore sud-coréen. «Sooho» signifie protection en coréen et «rang» est la syllabe du milieu du mot «ho-rang-i», tigre en coréen.

Les mascottes des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de PyeongChang 2018, Soohorang (tigre blanc) et Bandabi (ours noir), installées devant le complexe gouvernemental à Sejong, portent un chapeau de neige le mercredi 6 décembre 2017, alors que la neige est tombée pendant la nuit.
Mascottes de PyeongChang sous la neige

Les mascottes des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de PyeongChang 2018, Soohorang (tigre blanc) et Bandabi (ours noir), installées devant le complexe gouvernemental à Sejong, portent un chapeau de neige le mercredi 6 décembre 2017, alors que la neige est tombée pendant la nuit.

Le relais de la flamme olympique de PyeongChang a débuté le 1er novembre, avec le début du compte à rebours des 100 jours, après son allumage en Grèce, berceau des Jeux olympiques modernes. Le parcours couvrira 2.018 kilomètres (le même nombre que l’année où se déroulent les Jeux olympiques) par avion, bateau, train, voilier, robot, téléphérique, vélo et même tyrolienne. A la fin, la flamme aura traversé neuf provinces, huit grandes villes et 151 comtés et districts.

Le flambeau a été conçu pour maintenir la flamme allumée à l’altitude élevée de PyeongChang, la ville hôte située à quelque 180 kilomètres à l'est de Séoul, dans la province du Gangwon, et dans les conditions hivernales rigoureuses de la région. Lorsque le vent soufflera en direction de la flamme, un tunnel d'air est prévu pour fournir davantage d'oxygène, ce qui aidera à la conserver tout au long du relais. Un trou en forme de pentagone situé au bas de la torche permettra de drainer l'eau en cas de pluie. De plus, une sorte de parapluie à trois couches protégera la flamme contre la neige et le vent.

La couleur blanche trouve son origine dans la porcelaine blanche mais aussi dans la neige et la glace, deux symboles majeurs des JO d'hiver. La torche mesure 700 millimètres de hauteur, ce qui représente l'altitude de PyeongChang qui se trouve à 700 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La forme à cinq angles au milieu de la capsule de la torche représente «l'esprit du sport, qui relie les races, les nations, les religions, les sexes, les cultures et les cinq continents du monde, en les unissant avec passion», selon les organisateurs de PyeongChang.

La  présentatrice de la chaîne de télévision SBS Park Sun-young porte la flamme des Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang le lundi 25 décembre 2017 au village de Santa, dans le comté de Bonghwa, dans la province du Gyeongsang du Nord.
Flamme olympique

La présentatrice de la chaîne de télévision SBS Park Sun-young porte la flamme des Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang le lundi 25 décembre 2017 au village de Santa, dans le comté de Bonghwa, dans la province du Gyeongsang du Nord.

Dévoilées simultanément à des cérémonies organisées au Dongdaemun Design Plaza (DDP) à Séoul et au Metropolitan Museum of Art de New York en présence du président Moon Jae-in, les médailles d’or, d’argent et de bronze conçues par le designer coréen Lee Suk-woo comportent des consonnes du hangeul.

Ces consonnes sont «ㅍ, ㅊ, ㄷ, ㅇ, ㄱ, ㄹ, ㅁ» retrouvées dans les mots en coréen des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang. Elles sont alignés en 3D sur la bordure des médailles.

Chaque médaille est de 92,5 mm de diamètre et de 4,4 à 9,42 mm d’épaisseur. La médaille d’or pèse 586 g, l’argent 580 g et le bronze 493 g. Comparativement aux médailles des JO d’hiver de Sotchi 2014, les médailles d’or et d’argent de PyeongChang sont plus lourdes et celles de bronze plus légères.

Les médailles d'or et d'argent sont en argent à 99,9%, la médaille d'or est plaquée avec 6g d'or. La médaille de bronze est en cuivre rouge.

Le comité d’organisation a fait savoir qu’il a fait fabriquer 259 séries dont 222 seront attribuées aux vainqueurs des JO et cinq seront mises de côté pour les ex æquo. Le Comité international olympique (CIO) gardera 25 sets pour les présenter à l’étranger et sept autres seront exposés en Corée du Sud.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)