2017/08/10 06:22 KST

Article View Option

PyeongChang se prépare à accueillir les plus grands JO d’hiver jamais organisés

SEOUL, 10 août (Yonhap) -- La ville de PyeongChang se prépare actuellement à accueillir les prochains Jeux olympiques d’hiver, les plus importants qui seront jamais organisés dans l’histoire, alors que les athlètes sud-coréens s’entraînent à présent d’arrache-pied pour tenter de décrocher un nombre record de médailles.

PyeongChang, qui se situe à environ 180 km à l’est de Séoul, dans la province du Gangwon, a remporté en juillet 2011 le droit d’organiser les JO d’hiver de 2018. L’événement se déroulera du 9 au 25 février de l’année prochaine avec comme slogan «Passion. Connected.»

PyeongChang 2018 seront les premières olympiades en Corée du Sud depuis les JO d’été de Séoul en 1988. Douze sites à PyeongChang, Gangneung et Jeongseon accueilleront les compétitions de sept sports et 15 disciplines.

Le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de PyeongChang 2018 prévoit que 95 pays enverront près de 6.500 athlètes et officiels. Un total de 102 médailles d’or seront en jeu, un record.

Olympic Plaza à PyeongChang

PyeongChang s’est vu offrir par le Comité international olympique (CIO) le droit d’accueillir les prochains JO d’hiver lors de la troisième tentative. La ville avait perdu contre Vancouver, au Canada, pour l’édition de 2010 et contre Sotchi, en Russie, pour celle de 2014. Elle a battu Munich, en Allemagne, et Annecy, en France, pour l’événement de 2018.

Le CIO et le comité d’organisation ont tous deux souligné que la nation hôte devra être compétitive d’un point de vue sportif afin d’assurer le spectacle et de remplir les stades. La Corée du Sud s’est donné pour objectif de remporter 20 médailles, dont huit en or, afin de faire partie des cinq premiers pays au classement des médailles.

A Sotchi, les Sud-Coréens ont réussi à décrocher trois médailles d’or, trois en argent et de deux de bronze pour terminer 13e au classement général. Le meilleur résultat a été obtenu à Vancouver avec six en or pour un total de 14 médailles. La Corée du Sud avait terminé à la cinquième place.

Tous les 26 titres olympiques remportés par le pays proviennent des sports de glace, comme le short-track, le patinage de vitesse et le patinage artistique. En 2018, les Sud-Coréens chercheront à briller dans les sports de glisse également.

Pas moins de 21 des 26 médailles d’or ont été gagnées en short-track. Shim Suk-hee et Choi Min-jeong sont considérées comme ultra-favorites. Shim a décroché trois médailles à ses débuts olympiques en 2014 et Choi est double championne du monde.

En patinage de vitesse, Lee Sang-hwa tentera de remporter sa troisième médaille d’or d’affilée au 500m femmes. Seule l’Américaine Bonnie Blair a réussi cette exploit, aux JO de Lillehammer 1994, en Norvège.

La patineuse de vitesse, Lee Sang-hwa (Photo d'archives)
Lee Sang-hwa

La patineuse de vitesse, Lee Sang-hwa (Photo d'archives)

Le skeletonneur Yun Sung-bin représente le meilleur espoir de médaille olympique dans un sport de glisse. Il a terminé deuxième au classement final à l’issue des deux dernières saisons de la Fédération internationale de bobsleigh et de tobogganing (FIBT). En huit courses de Coupe du monde, durant la saison 2016-2017, Yun n’a jamais fini au-delà de la cinquième position. Il compte une victoire et trois deuxième place, dont une à PyeongChang en mars dernier.

Des 12 sites olympiques, sept seront consacrés aux sports de neige et cinq aux sports de glace. Ils sont tous situés à moins de 30 minutes les uns des autres, un argument qui avait fait pencher la balance en faveur de la ville sud-coréenne lors de la candidature. Pour une liste des futurs sites, voir l’infographie Yonhap intitulée «Sites des JO de PyeongChang 2018[http://french.yonhapnews.co.kr/graphics/1902000000.html?cid=GYH20170208000300884]» et publiée le 8 février 2017.

Le stade olympique de PyeongChang d’une capacité de 35.000 places accueillera les cérémonies d’ouverture et de clôture. Les travaux de construction sont à 86% terminés, la fin complète ayant été fixée pour cet automne. Les villages des athlètes de PyeongChang et Gangneung sont quant à eux achevés à 86% et 97%, respectivement.

Les projets de construction de routes et voies ferroviaires pour améliorer l’accès à ces sites sont également menés dans les temps. Pour ces Jeux, un total de 1.039 km de routes ont été nouvellement construites dans la province du Gangwon au cours des six dernières années. La ligne de trains à grande vitesse KTX reliant Wonju à Gangneung a été achevée en mars et les tests ont débuté fin juillet. Ce nouveau tronçon permettra une vitesse de pointe de 250 km/h et sera rattaché à la ligne déjà existante assurant la connexion entre Incheon et Wonju. Les organisateurs estiment qu’il faudra moins de deux heures pour effectuer le voyage entre l’aéroport international d’Incheon et Gangneung lorsque toutes les sections seront opérationnelles.

Les personnes qui opteront pour un véhicule bénéficieront aussi de nouvelles autoroutes. L’autoroute Dongseo, rattachant Hongcheon-Est à Yangyang, sur la côte est, a été ouverte officiellement en juin. L’inauguration de l’autoroute Yeongdong 2 en novembre de l’année dernière rendra plus fluide le trafic entre Gwangju, dans la province du Gyeonggi, et Wonju. D’autres travaux de construction et de rénovation sont en cours afin d’améliorer la circulation sur l’axe est-ouest du nord du pays, pour 16 routes au total. Leur achèvement est prévu pour novembre.

La mascotte des JO de PyeongChang sera un tigre blanc du nom de «Soohorang». Le tigre blanc est un gardien mythique dans le folklore coréen et un animal sacré. «Sooho» signifie protection en coréen et «rang» est la syllabe du milieu du mot «ho-rang-i», tigre en coréen.

xb@yna.co.kr

(FIN)