SNS Share
Article View Option

2017/03/15 19:25 KST

La dispute autour du THAAD n'affecte pas la coopération Séoul-Pékin aux JO de PyeongChang

PYEONGCHANG, Corée du Sud, 15 mars (Yonhap) -- Les tensions diplomatiques entre la Corée du Sud et la Chine provoquées par l'installation en Corée du Sud du système antimissile américain THAAD n'a pas affecté la coopération entre les deux pays dans le cadre des Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang, a fait savoir ce mercredi Lee Hee-beom, président du comité d'organisation de l'événement sportif.

Lee a assuré que PyeongChang et Pékin, qui accueillera les Jeux olympiques d'hiver 2022, sont restés coopératifs malgré les différends autour du THAAD.

«Je pense que les Jeux olympiques devraient être administrés uniquement selon l'esprit olympique», a dit Lee au centre de convention Alpensia à PyeongChang. «Et je pense que les Jeux olympiques ne devraient pas être affectés par des facteurs externes.»

Lee a souligné que Pékin a envoyé «un grand nombre de délégués à PyeongChang» au cours des épreuves de répétition, afin que ceux-ci puissent apprendre du processus d'organisation des Jeux olympiques. Lee a mentionné auparavant la possibilité de mettre à disposition les installations olympiques de PyeongChang pour que les athlètes participant aux JO de Pékin 2022 puissent s'entraîner.

«Les comités d'organisation de PyeongChang et de Pékin coopèrent étroitement ensemble», a dit Lee. «Et des discussions sont en cours pour renforcer les échanges bilatéraux dans les domaines du sport et de la culture. Je pense que de nombreux touristes chinois visiteront PyeongChang en 2018.»

Par ailleurs, le milieu politique sud-coréen a assuré à Gunilla Lindberg, présidente de la commission de coordination du Comité international olympique (CIO), que la récente destitution de la présidente Park Geun-hye n'affectera pas la tenue des Jeux. «Tous m'ont assuré que quoi qui se passe dans le milieu politique en Corée, ils soutiendront entièrement PyeongChang 2018.» Lindberg a notamment rencontré le Premier ministre Hwang Kyo-ahn et le président de l'Assemblée nationale Chung Sye-kyun lors de sa visite en Corée du Sud. «Nous avons la garantie du milieu politique sud-coréen et nous avons confiance en lui.»

«Je pense que nous aurons en place un système plus stable sous le nouveau président», a estimé pour sa part Lee. «Et je pense que les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang uniront à nouveau notre peuple.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)