SNS Share
Article View Option

2017/03/19 00:00 KST

Un jour dans l'histoire de la Corée

19 mars

1921 -- Na Hye-seok devient la première femme coréenne peintre à exposer en Corée. L’exposition est organisée à Séoul dans les bureaux du quotidien Kyeongseong Ilbo.

1971 -- Le gouvernement entame la construction du premier réacteur nucléaire, Kori-1.

1991 -- Une équipe de recherche médicale menée par Lee Hae-bang invente le premier patch d’insuline. Cette invention permet aux personnes diabétiques d’absorber de l’insuline sans recevoir de piqûre.

1992 -- La Corée du Sud autorise Lee In-mo, un ancien espion nord-coréen, à rentrer chez lui. Malgré quarante années derrière les barreaux en Corée du Sud, Lee refuse de renoncer au communisme, la raison de son rapatriement.

1994 -- Le dialogue intercoréen, connaissant des hauts et des bas, se rompt après que la Corée du Nord émet des propos menaçants lors d’une réunion à la frontière. L’officiel nord-coréen Pak Young-soo aurait dit : «S’il y a la guerre, Séoul deviendra une mer de feu.»

1996 -- L’Organisation pour le développement énergétique de la péninsule coréenne (KEDO), disparue aujourd’hui, avec à sa tête les Etats-Unis, choisit Korea Electric Power Corporation (KEPCO), basée à Séoul, comme unique fournisseur pour la construction de deux réacteurs destinés à produire de l’énergie nucléaire en Corée du Nord, en récompense de la promesse nord-coréenne d’abandonner son programme d’armes nucléaires suivant un accord conclu en 1994. Le projet est annulé après que les Etats-Unis accusent Pyongyang en 2003 de développer un programme d’armes nucléaires.

2003 -- Lee Seok-hee, un ancien fonctionnaire du ministère des Finances, est rapatrié à Séoul depuis les Etats-Unis. Il est accusé d’avoir collecté des fonds illégaux pour le candidat Lee Hoi-chang pendant l'élection présidentielle de 1997. Lee, directeur adjoint du Service national des impôts (NTS) est condamné à 18 mois de prison.

2010 -- La Corée du Nord rejette les recommandations de l'ONU sur la façon d’améliorer les conditions des droits de l'Homme à l’intérieur de ses frontières, incluant la fin des exécutions publiques.

(FIN)