SNS Share
Article View Option

2012/08/12 10:15 KST

Londres 2012 : le footballeur Park Jong-woo privé de médaille

Le footballeur sud-coréen Park Jong-woo
LONDRES, 11 août (Yonhap) -- Le footballer sud-coréen Park Jong-woo n’est pas monté sur le podium pour recevoir la médaille de bronze avec ses coéquipiers, le Comité international olympique (CIO) ayant demandé qu’il reste à l’écart en raison de son apparente prise de position politique, à l’issue du match de vendredi contre le Japon qui s’est soldé par une victoire de la Corée du Sud 2-0.

  
Le milieu de terrain n’a donc pas participé à la cérémonie qui a eu lieu samedi au stade Wembley pour remettre au Sud sa première médaille olympique en football.

  
Alors qu’il célébrait la victoire du Sud contre le Japon au Cardiff, Park a brandi une pancarte sur laquelle on pouvait lire le message «Dokdo est notre territoire », en référence aux îlets situés tout à l'est du pays, depuis longtemps revendiqués par le Japon.

  
Le match pour le bronze avait eu lieu quelques heures après la visite historique du président Lee sur Dokdo, un geste qui a encore plus détérioré les relations diplomatiques déjà tendues entre les deux pays voisins.

  
«Nous avons demandé que le (KOC) intervienne rapidement sur cette question et que l’athlète ne soit pas présent lors de la cérémonie de remise des médailles d’aujourd’hui», a fait savoir le CIO dans une déclaration. «Nous avons ouvert une enquête et avons demandé une explication aux (responsables sud-coréens).»

Dans sa propre déclaration, le KOC a expliqué que Park avait ramassé la pancarte avait été jetée depuis les estrades et avait «accidentellement couru avec la pancarte dans le feu de l’action» pour fêter la victoire de la Corée du Sud. «Nous comprenons qu’il ne s’agissait pas d’un acte intentionnel de la part du joueur», a mentionné le KOC. «Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour élucider cette affaire.»

La charte olympique interdit toute prise de position politique de la part des athlètes.

  
Suite à la visite de Lee sur Dokdo, la première effectuée par un président Sud-Coréen, le Japon à rappelé son ambassadeur posté à Séoul et le ministre japonais des Affaires étrangères Koichiro Gemba a fait savoir que son gouvernement envisageait de saisir la cour internationale pour statuer sur cet incident.

  
Le KOC a également indiqué que la Fifa, qui gère le football au niveau mondial, lui avait demandé d’enquêter sur cette affaire et de lui remettre un rapport d’ici au 16 août.

   catherine@yna.co.kr
(FIN)