> Sport & Culture
2012/07/24 23:02 KST
Londres 2012 : procédures du Comité olympique coréen en cas d'arbitrage contestable


LONDRES, 24 juil. (Yonhap) -- Le Comité olympique coréen (KOC) a préparé des manuels détaillant les procédures à appliquer pour le dépôt de recours en cas d'arbitrages contestables lors des prochaines Olympiades de Londres, a déclaré un officiel ce mardi.

Le responsable du KOC a indiqué aux journalistes à Londres que son organisation voulait par là essayer de sensibiliser les entraîneurs et les athlètes sur les étapes appropriées pour déposer un recours.

«Nous avons mis au point des manuels pour toutes les disciplines» a précisé l’officiel lors d’un briefing avec des journalistes sud-coréens.

  
«S’ils ont les idées claires sur la façon de déposer leurs plaintes, nos olympiens ne se trouveront pas en situation défavorable.»

Lors des derniers Jeux Olympiques, la Corée du Sud avait été fait l'objet de plusieurs arbitrages contestables d'envergure. Ainsi aux Jeux d'Athènes de 2004, le gymnaste Yang Tae-young avait dû se contenter du bronze au concours complet individuel en terminant avec 0.049 points de retard sur le champion Paul Hamm. Or les juges lui avaient enlevé par erreur un dixième de point dans l’épreuve des barres parallèles, ce qui signifie que le Coréen aurait battu Hamm pour la médaille d'or si l’arbitrage avait été correct.

La Fédération Internationale de gymnastique (FIG) avait reconnu l'incident, mais la Cour d'arbitrage du sport (CAS) avait rejeté le recours de Yang car il avait eu lieu après la fin de la compétition et avait donc été soumis trop tard. La CAS a ajouté qu'elle ne pouvait pas modifier les résultats sur la base d'une admission d'erreur.

A l’époque, les entraîneurs de Yang avaient été vivement critiqués pour n’avoir pas fait appel immédiatement, mais ils avaient estimé qu’il ne fallait pas irriter les officiels lors de la compétition au risque de perdre des points. Un responsable de la FIG avait expliqué plus tard que si les entraîneurs avient des doutes sur les scores de leurs athlètes, ils devaient le signaler aux juges avant la fin de l’épreuve suivante du gymnaste.

En 2000, au Jeux Olympiques d'hiver de Salt Lake City, le patineur de vitesse, Kim Dong-sung avait été privé de sa médaille d'or lors de l’épreuve des 1500m, les juges ayant décidé qu'il avait heurté l’Américain Apolo Anton Ohno pendant la course.

Cette décision controversée avait entraîné un fort sentiment anti-américain contre Ohno, qui avait en fait levé ses bras à l'arrivée pour éviter la collision avec Kim, faisant pratiquement de lui un ennemi public en Corée du Sud. Les entraîneurs de Kim avaient été aussi blâmés pour n'avoir pas protesté dans les temps.

«Chaque discipline sportive a des procédures différentes d'appel» a déclaré l’officiel du KOC. «A la base, nous avons besoin de compter sur des personnes parlant la langue locale et de sensibiliser les responsables sur les mesures appropriées pour aider nos athlètes.»
catherine@yna.co.kr
(FIN)