Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 (Agence de presse Yonhap) Go to Contents Go to Navigation
Actualités
  • Pyeong Chang
    흐림
    -2 °C
  • Gang neung
    -10 °C
  • Jeong seon
    16 °C

(Interview Yonhap) Le numéro 2 du CIO appelle le monde à vivre une expérience «unique» à PyeongChang

송고시간2017/11/23 11:05

Print & Resize Text

PYEONGCHANG, 23 nov. (Yonhap) -- Les amateurs de sport qui souhaitent venir en Corée du Sud pour les Jeux olympiques d'hiver de l'année prochaine auront la chance de profiter d'une expérience «unique» grâce à la beauté des paysages et à la proximité des différents sites, a déclaré Christophe Dubi, le directeur exécutif du Comité international olympique (CIO).

Dans une interview accordée mercredi à l'agence de presse Yonhap, le numéro deux du CIO a déclaré que les Jeux olympiques d'hiver 2018 à PyeongChang seraient «sans précédent» à plusieurs égards étant donnée la facilité d’accès aux différents lieux de compétition.

«Si vous comparez la proximité des montagnes et des patinoires à d'autres villes, c'est quelque chose d'extrêmement unique», a déclaré Dubi. «Sotchi (en 2014) était un peu similaire, je dirais qu'ici, c'est encore plus proche. En comparaison, d'autres ne seraient jamais capables d'offrir ce genre d'expérience.»

Dubi s'exprimait en marge de l'examen final du CIO sur PyeongChang, alors que lui et d'autres représentants évaluaient les préparatifs des premiers Jeux d'hiver organisés en Corée du Sud. Il est arrivé à PyeongChang via le train à grande vitesse KTX depuis l'aéroport international d'Incheon sur un itinéraire nouvellement construit qui sera ouvert au public en décembre. Le voyage durera moins de deux heures.

Christophe Dubi, le directeur exécutif des Jeux olympiques pour le Comité international olympique, s'exprime devant l'agence de presse Yonhap lors d'une interview donnée à PyeongChang, la ville hôte des Jeux d'hiver 2018, le 22 novembre 2017.
Christophe Dubi, le directeur exécutif des Jeux olympiques pour le Comité international olympique, s'exprime devant l'agence de presse Yonhap lors d'une interview donnée à PyeongChang, la ville hôte des Jeux d'hiver 2018, le 22 novembre 2017.

Dubi a dit avoir apprécié «un trajet très agréable» dans un train «de haute qualité», qui selon lui améliorera l'expérience des spectateurs.

«Vous prenez le train de Séoul et, en quelques heures, vous êtes ici», s’est réjoui Dubi en faisant référence à la ville hôte olympique située à environ 180 kilomètres à l'est de la capitale sud-coréenne. «En une journée, vous pouvez assister à des sports de glace et aussi vous rendre dans la zone montagneuse pour suivre un certain nombre d'événements. C'est sans précédent.»

PyeongChang organisera des épreuves de ski et de glisse, tandis que Gangneung, à 20 kilomètres plus à l'est, accueillera tous les événements sur glace. Jeongseon, qui se trouve à une vingtaine de kilomètres au sud de PyeongChang, sera dédié au ski alpin.

Alors que la ville faisait campagne pour obtenir les Jeux olympiques, PyeongChang a souvent mis en avant son plan de site compact afin de séduire les membres du CIO, affirmant que toutes les infrastructures sont accessibles à moins de 30 minutes les unes des autres.

Les ventes de billets, quant à elles, peinent à décoller. Seuls quelques événements précis, tels que le patinage de vitesse sur piste courte et le patinage artistique, connaissent pour le moment de bonnes ventes, moins de trois mois avant les Jeux olympiques qui se dérouleront du 9 au 25 février.

Dubi a déclaré que les organisateurs doivent promouvoir la nature exceptionnelle d'une expérience olympique.

«D'un point de vue stratégique pour les organisateurs, il ne s’agit pas tant de convaincre les gens de regarder un sport mais de regarder un sport dans le contexte d'une expérience olympique», a-t-il affirmé. «Je pense que ce qui est vraiment important pour la vente de billets pour les disciplines restantes, c'est pour la population à l'étranger et en Corée de comprendre l'expérience extraordinaire qu'ils peuvent vivre en venant à PyeongChang.»

Dubi a également balayé les préoccupations concernant le manque d'hébergements et la flambée des prix de ceux disponibles. Il a assuré qu’il fallait juste bien s’informer, car il y a beaucoup de chambres disponibles à des prix abordables.

Pour PyeongChang, l'établissement de plans de reconversions des sites olympiques a été une source d'inspiration. Dubi a confirmé avoir été informé par les organisateurs d’un programme qui sera mis en place d'ici à la fin décembre pour tous les sites.

Selon le Suisse, l'héritage des Jeux olympiques ne signifie pas nécessairement des bénéfices financiers.

Christophe Dubi, le directeur exécutif des Jeux olympiques pour le Comité international olympique, s'exprime devant l'agence de presse Yonhap lors d'une interview donnée à PyeongChang, la ville hôte des Jeux d'hiver 2018, le 22 novembre 2017.
Christophe Dubi, le directeur exécutif des Jeux olympiques pour le Comité international olympique, s'exprime devant l'agence de presse Yonhap lors d'une interview donnée à PyeongChang, la ville hôte des Jeux d'hiver 2018, le 22 novembre 2017.

«Ce qui est incroyablement important, c'est que ces sites soient utilisés, que ce soit pour des compétitions de haut niveau, pour la formation d’athlètes ou pour un usage grand public», a-t-il dit. «L'utilisation des sites est primordiale. Si vous prenez des lieux parmi les plus populaires dans différents pays, ils accueillent un mélange d'événements sportifs et d'autres spectacles, vous pouvez y organiser des compétitions de hockey sur glace, de basket-ball, de volley-ball et aussi des concerts. C’est le type de flexibilité requis pour la plupart des lieux couverts.»

Dubi a confié être souvent fasciné par les gens affichant leur fierté d’accueillir un événement comme les Jeux olympiques et, selon lui, cela est particulièrement fort en Corée du Sud.

«C'est quelque chose que vous ressentez lorsque vous atterrissez et c'est toujours une joie pour moi de faire le voyage de la Suisse jusqu’à la Corée. C'est comme aller dans une deuxième maison», a-t-il dit. «Quand les gens réalisent ce que vous avez comme atout aussi bien pour le tourisme d'été que d'hiver, je suis sûr à 100% que l'un des plus grands héritages sera le tourisme supplémentaire, à la fois pour la Corée du Sud et pour le reste du monde. Comme vous le savez, PyeongChang sera sur la carte du monde.»

Occupant le poste de numéro deux au sein du CIO, Dubi est responsable de l'organisation, de la coordination et du suivi de toutes les activités des Jeux olympiques, de la phase de candidature à la tenue effective des JO. Le poste a été créé en 2003 et Dubi a succédé à son premier directeur général, Gilbert Felli, en septembre 2014.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Photos