2018/11/05 17:48 KST

Article View Option

(3e LD) Les deux Corées débutent l'étude sur l'estuaire du fleuve Han

SEOUL, 05 nov. (Yonhap) -- Les deux Corées ont débuté ce lundi l'étude sur une utilisation conjointe de l'estuaire du fleuve Han et de la rivière Imjin, où l'accès des civils a été limité en raison de tensions entre les deux Corées, a fait savoir le ministère de la Défense.

En vertu de l'accord militaire intercoréen de septembre, les deux parties mèneront l'étude jusqu'à la fin de cette année afin de garantir la sécurité militaire dans la région pour qu'elle puisse être utilisée pour des projets miniers et touristiques intercoréens.

«L'étude conjointe sur l'estuaire du fleuve Han est une mesure prise pour la première fois depuis que l'accord d'armistice a été signé en 1953», a dit le ministère dans un communiqué.

«En raison de l'absence d'une ligne de démarcation dans l'estuaire, il y a eu de fortes possibilités de conflits accidentels. Grâce à cette mesure cependant, il sera transformé en un site de paix», a ajouté le ministère.

L'équipe de l'étude est composée de 20 membres (10 de chaque côté), dont des officiels militaires et maritimes ainsi que des experts des voies fluviales. Les membres ne portent aucune arme et ne doivent effectuer aucun acte de provocation durant l'étude.

Le Sud a déployé six bateaux pour l'étude conjointe qui utiliseront un programme acoustique pour mesurer la profondeur de l'eau afin de fournir des informations pour la navigation en sécurité sur la voie fluviale. Après l'achèvement de l'étude, l'équipe fournira au ministère de la Défense une carte de navigation d'ici janvier prochain.

L'estuaire de 70 kilomètres que les deux Corées sont convenues d'utiliser conjointement couvre près de 280 kilomètres carrés.

«Après avoir établi la carte sur la base de cette étude, nous pourrons déterminer quelle taille de navire pourra utiliser quelle route dans la voie navigable», a déclaré Lee Dong-jae, directeur général de l'Administration hydrographique et océanographique de Corée.

«Il s'agit d'une enquête sur la sécurité de la navigation menée en concertation avec le Commandement des Nations unies ... Elle n'a donc rien à voir avec les sanctions onusiennes», a-t-il ajouté.

En vertu de l'accord intercoréen, les personnes et les navires qui veulent traverser la zone en question doivent informer les autorités militaires la veille de leur entrée. Entre avril et septembre, les personnes seront autorisées à utiliser l'estuaire de 7h à 19h, alors qu'il restera ouvert de 8h à 18h entre octobre et mars.

Durant le sommet intercoréen de 2007, Séoul et Pyongyang s'étaient convenus de mener une série de projets pour une utilisation des estuaires fluviaux. Les deux parties n'avaient cependant pas concrétisé les projets en raison de tensions bilatérales.

L'étude conjointe est une autre mesure des deux Corées pour appliquer leur accord militaire signé par leurs ministres de la Défense après le troisième sommet intercoréen entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Pour réduire les tensions et prévenir les conflits accidentels, l'accord comprend diverses mesures pour établir la confiance et un plan de contrôle des armes classiques pour désarmer la Zone commune de sécurité (JSA) et la Zone démilitarisée (DMZ) et retirer des postes de garde le long de la frontière à titre d'essai.

kimsy@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)