L'aide humanitaire au Nord pourrait favoriser le processus de dénucléarisation

2018/08/08 15:41 KST

Article View Option

L'aide humanitaire au Nord pourrait favoriser le processus de dénucléarisation

Le Jin Long, battant pavilon bélizien, est amarré dans le port de Pohang, à environ 374 km au sud-est de Séoul, le mardi 7 août 2018.
Dans le port de Pohang

Le Jin Long, battant pavilon bélizien, est amarré dans le port de Pohang, à environ 374 km au sud-est de Séoul, le mardi 7 août 2018.

SEOUL, 08 août (Yonhap) -- L’envoi d'aides humanitaires à la Corée du Nord pourrait aider à dénucléariser le pays communiste, a estimé ce mercredi le porte-parole du bureau présidentiel Kim Eui-kyeom, faisant allusion à l’éventuelle reprise du programme d’aides pour le pays voisin appauvri dans un avenir proche.

«(Je) pense que l’aide humanitaire est quelque chose que nous devons faire à tout moment et un autre moyen d’encourager la dénucléarisation de la Corée du Nord», a déclaré Kim lors d’un point de presse.

Hier, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté de nouvelles directives proposées par les Etats-Unis pour accorder une exemption des sanctions onusiennes mises en place contre le Nord à des groupes humanitaires et agences de l’ONU.

Séoul a suspendu son programme d’aides humanitaires au Nord en vertu des sanctions du Conseil de sécurité bien qu’il ait déjà mis de côté au moins 8 millions de dollars à cet effet.

Peu après que le Conseil a approuvé ce changement dans le but de faciliter l’aide au Nord, un officiel du ministère de l’Unification a déclaré que Séoul chercherait à fournir de l’aide au Nord à un «moment approprié». Le porte-parole présidentiel a toutefois dit ne pas être au courant de quelconque préparation allant dans ce sens.

Par ailleurs, la Corée du Sud a été récemment accusée de violation des sanctions onusiennes contre la Corée du Nord suite à des rapports de médias laissant entendre que des cargaisons de charbon nord-coréen seraient arrivées en Corée du Sud malgré la résolution onusienne interdisant toute exportation de charbon nord-coréen, considéré comme une des principales sources de devises du pays communiste.

Le porte-parole présidentiel a nié toute implication du gouvernement en soulignant que les Etats-Unis ont non seulement décidé de ne pas mettre en cause la question jusqu’à présent mais aussi exprimé sa «profonde» confiance à l’égard du gouvernement sud-coréen.

Les cargos suspectés font actuellement l’objet d’une enquête. Le ministère des Affaires étrangères a déclaré plus tôt que les responsables, s'il y en a, seraient punis en cas de nécessité.

lsr@yna.co.kr

(FIN)