2018/05/16 17:02 KST

Article View Option

(3e LD) Le Nord menace de réétudier la tenue du sommet avec les Etats-Unis

Le président américain Donald Trump (à gauche) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.
Le président américain Donald Trump (à gauche) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

SEOUL, 16 mai (Yonhap) -- La Corée du Nord n'est pas intéressée par un dialogue exigeant seulement l'abandon du nucléaire et réétudiera la tenue du sommet Corée du Nord-Etats-Unis prévu le 12 juin prochain, a averti ce mercredi le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Kim Kye-gwan.

«Si les Etats-Unis cherchent à exiger un abandon unilatéral du nucléaire en nous acculant, nous ne nous intéresserons plus à ce dialogue et n'aurons pas d'autre choix que de revoir si nous participerons ou non au sommet RPDC-Etats-Unis à venir», a déclaré Kim, selon l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

RPDC est le nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

Il a exhorté Washington à adopter une approche sincère vis-à-vis du sommet Corée du Nord-Etats-Unis pour recevoir une «réponse méritée».

Ses propos sont intervenus quelques heures après que le Nord a annoncé subitement un report indéfini de la réunion intercoréenne qui était prévue aujourd’hui, citant les exercices militaires conjoints Corée du Sud-Etats-Unis en cours.

Pyongyang a également menacé d’annuler le sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump prévu le 12 juin à Singapour.

Kim a exprimé son mécontentement vis-à-vis des Etats-Unis faisant appel à des méthodes de dénucléarisation vues dans le passé, comme celle qui a été utilisée pour la Libye.

Le diplomate a noté qu’il était «absolument absurde» de comparer un pays dont le programme d’armes nucléaires était dans la phase initiale à un pays qui est déjà un «Etat nucléaire».

En notant que la Corée du Nord a déjà fait part de son intention de réaliser une péninsule coréenne sans nucléaire, il a réitéré la demande de garantir la sécurité en appelant les Etats-Unis à mettre fin à leur politique d’hostilité et aux menaces nucléaires contre son régime.

«Nous avons déjà déclaré notre intention de dénucléariser la péninsule coréenne et clairement affirmé à plusieurs occasions que la condition préalable à la dénucléarisation est de mettre fin à la politique hostile anti-RPDC, aux menaces nucléaires et au chantage des Etats-Unis», a-t-il indiqué.

En outre, il a souligné que le Nord n’était pas intéressé par un accord de contrepartie dans le cadre duquel les Etats-Unis fourniraient des compensations économiques en échange de l’abandon par le Nord de ses armes nucléaires.

«Les Etats-Unis sont en train de claironner comme s’ils offriraient des compensations économiques au cas où nous abandonnions le nucléaire», a-t-il noté. «Mais nous ne nous attendons jamais au soutien américain pour bâtir notre économie et ne conclurons pas un tel accord dans le futur non plus.»

De nombreux experts estiment que le changement de ton du Nord n’aurait pas pour but de faire marche arrière après toutes les progrès réalisés ces derniers mois dans les relations avec la Corée du Sud et les Etats-Unis. Ils voient plutôt cela comme une stratégie destinée à faire monter les enchères et à s’assurer une position avantageuse dans les négociations à venir.

«Le Nord semble clarifier avec force sa position avec l’annulation de la réunion intercoréenne suivie d’une déclaration avec des termes durs selon laquelle ce qu’il veut n’est pas autre chose que la garantie de sécurité de la part des Etats-Unis pour l’abandon de ses armes nucléaires», a analysé Lim Eun-chul, professeur de l’Institut d’Extrême-Orient de l’université de Kyungnam.

Woo Jung-yeop, chercheur de l’institut Sejong, a de son côté noté que le dernier message du Nord pourrait ne pas viser les Etats-Unis ou la Corée du Sud mais son propre peuple susceptible de remettre en question la vitesse de rapprochement.

«Compte tenu de toute l’ambiance semblant être positive qui s’est créée ces derniers mois et de la série de discussions préparatoires en cours entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, il n’y aurait pas d’explication plausible pour le Nord de se tourner brusquement vers ces rhétoriques sévères par le biais de déclarations et médias», a-t-il estimé.

«Cela serait destiné à apaiser une partie de son peuple qui n’aimerait pas une évolution rapide, probablement l’armée, en citant les exercices militaires comme la raison de ce report de la réunion intercoréenne, ou à répondre aux inquiétudes sur le risque de trop nombreux compromis lors des discussions avec les Etats-Unis», a-t-il ajouté.

lsr@yna.co.kr

(FIN)