2018/04/17 18:47 KST

Article View Option

(2e LD) Séoul pourrait dépêcher des envoyés spéciaux au Nord pour le sommet, si nécessaire, selon Cheong Wa Dae

Im Jong-seok, le secrétaire général du bureau présidentiel, fait un briefing sur les préparatifs du sommet intercoréen, le mardi 17 avril 2018.
Im Jong-seok, le secrétaire général du bureau présidentiel, fait un briefing sur les préparatifs du sommet intercoréen, le mardi 17 avril 2018.

SEOUL, 17 avr. (Yonhap) -- La Corée du Sud pourrait dépêcher des envoyés spéciaux en Corée du Nord si nécessaire pour préparer le sommet intercoréen prévu la semaine prochaine ou assurer son succès, a annoncé le bureau présidentiel Cheong Wa Dae.

«La possibilité d’envoyer le chef du Service national du renseignement (NIS) ou celui du bureau de la sécurité nationale du palais présidentiel Chung Eui-yong existe, si nécessaire, pour préparer le sommet», a déclaré Im Jong-seok, le secrétaire général du bureau présidentiel, lors d’une conférence de presse.

Chung et Suh hoon, le chef du NIS, ont visité Pyongyang au début du mois dernier en tant qu’envoyés spéciaux du président sud-coréen Moon Jae-in.

A Pyongyang, les deux envoyés sud-coréens ont eu une rencontre inédite avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, qui a proposé de rencontrer le dirigeant sud-coréen et le président américain Donald Trump pour discuter de la dénucléarisation de son pays.

Le sommet Moon-Kim est prévu vendredi prochain. Trump a dit qu’il rencontrera le dirigeant nord-coréen fin mai ou début juin.

Le sommet Moon-Kim sera un événement historique étant donné que ce sera la première fois qu’un dirigeant nord-coréen posera le pied sur le sol sud-coréen depuis la division de la péninsule coréenne.

Le troisième sommet intercoréen aura lieu du côté sud du village de la trêve de Panmunjom, dans la Zone démilitarisée (DMZ).

«C’est un point important pour nous, car selon les résultats du sommet, cela pourrait aboutir à l’établissement d’un dialogue régulier (entre les deux Corées) à Panmunjom», a affirmé Im.

La ligne de communication directe pourrait être installée ce vendredi pour effectuer des éventuels essais avant le sommet intercoréen, a-t-il ajouté.

Le responsable de Cheong Wa Dae a insisté sur le fait que les prochains sommets pourraient fournir une rare, sinon la première, chance de débarrasser enfin le Nord communiste de ses armes nucléaires.

«Nous pensons que le sommet entre la Corée du Sud et la Corée du Nord sera important car il sera suivi d'un sommet entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, et pourrait conduire à un sommet entre les deux Corées et les Etats-Unis», a-t-il estimé.

Im a noté que le Nord avait accepté de se dénucléariser à plusieurs reprises dans le passé, mais que de tels accords n'avaient pas abouti, en partie à cause du manque de soutien ou de consentement des Etats-Unis.

«Si nous disons que nous avons mis autant d'efforts dans le dialogue entre le Sud et le Nord, nous en avons fait trois fois plus pour communiquer avec les Etats-Unis», a-t-il affirmé. «Nous espérons que la tenue du sommet Corée du Nord-Corée du Sud et du sommet Etats-Unis-Corée du Nord sera la clé pour résoudre les problèmes fondamentaux.»

Le représentant de la présidence sud-coréenne a également déclaré que le sommet Moon-Kim pourrait être différent des deux précédents sommets intercoréens dans la mesure où il se concentrera sur des questions fondamentales.

Séoul et Pyongyang sont convenus de placer trois questions en tête de l'ordre du jour du sommet intercoréen. Il s’agit de la dénucléarisation de la Corée du Nord, de l'établissement d'une paix durable sur la péninsule coréenne et de l'amélioration des liens intercoréens.

«Comme le dit le dicton, nous ne pouvons pas nous remplir avec la première cuillerée, mais on dit aussi que même un voyage de 1.000 miles commence par le premier pas. Nous pensons que le prochain sommet pourrait marquer un nouveau départ», a ajouté Im.

lp@yna.co.kr

(FIN)