2018/01/02 16:49 KST

Article View Option

(3e LD) Séoul propose un dialogue intercoréen de haut niveau le 9 janvier

Le ministre de l’Unification Cho Myoung-gyon lors d'un point de presse le 2 janvier 2018 au complexe gouvernemental à Séoul.
Le ministre de l’Unification Cho Myoung-gyon lors d'un point de presse le 2 janvier 2018 au complexe gouvernemental à Séoul.

SEOUL, 02 jan. (Yonhap) -- La Corée du Sud a proposé ce mardi à la Corée du Nord un dialogue de haut niveau le 9 janvier prochain au village de la trêve de Panmunjom pour discuter de la participation du Nord aux Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang, en réponse au message du Nouvel An de réconciliation que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a tenu la veille.

«Le gouvernement propose une réunion de haut niveau entre les autorités du Sud et du Nord le 9 à la Maison de la paix de Panmunjom», a déclaré le ministre de l’Unification Cho Myoung-gyon lors d’un point de presse.

«Nous espérons que le Sud et le Nord s’assoiront face à face pour discuter de manière franche de la participation du Nord aux JO de PyeongChang et des moyens d’améliorer les relations intercoréennes», a souligné le ministre avant de faire part de son ouverture concernant la date, le lieu et le format du dialogue intercoréen envisagé.

Dans son discours du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré que son pays était ouvert à un dialogue avec Séoul sur sa volonté de se joindre aux JO d’hiver qui se dérouleront du 9 au 25 février en Corée du Sud.

La proposition surprise de Kim est intervenue alors que le Sud cherche à assurer une présence nord-coréenne à PyeongChang dans le cadre de ses efforts destinés à apaiser les tensions sur la péninsule coréenne. Le bureau présidentiel a salué la main tendue de Kim et le président Moon Jae-in a ordonné aux ministères concernés de mettre en œuvre rapidement des mesures pour permettre une participation du Nord.

Si la rencontre a lieu réellement, il s’agira du premier dialogue intercoréen de haut niveau depuis décembre 2015.

Cho a également expliqué que le dialogue envisagé se focaliserait sur la participation aux JO mais que le gouvernement s’attendait aussi à ce qu’il ouvre la voie à la reprise des pourparlers intercoréens et à l’amélioration des liens se trouvant depuis longtemps dans l’impasse.

Il n’a toutefois pas précisé si le sujet de la dénucléarisation de la Corée du Nord pourrait faire partie de l’ordre du jour de la possible réunion. Il s’est contenté de dire qu’une variété de questions pourraient être abordées une fois que les deux parties se seront assis pour se parler.

En juillet dernier, le Sud a proposé une réunion militaire en vue d’apaiser les tensions frontalières et une autre réunion pour organiser des réunions de familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953). Le Nord n’a toutefois pas répondu à ces offres de la part de Séoul.

«Nous pensons que les canaux de communication intercoréenne doivent être rétablis rapidement. Nous proposons que les deux Corées discutent des détails des pourparlers dont l’ordre du jour et la composition des délégations à travers le canal au village de la trêve», a dit Cho.

Les canaux de communication entre les deux Corées sont rompus depuis février 2016 alors que le Nord n'a plus répondu à un appel du Sud en signe de protestation contre la fermeture par Séoul du complexe industriel de Kaesong.

Le président Moon veut renouer le dialogue avec la Corée du Nord malgré l’application par Séoul de pressions et sanctions contre le régime belliqueux pour la poursuite de ses programmes nucléaire et balistique.

Les Etats-Unis mènent actuellement une campagne de pressions et sanctions maximales contre le Nord en mettant en avant la nécessité de dénucléariser la Corée du Nord.

Moon a proposé le mois dernier le report d’exercices militaires sud-coréano-américains qui pourraient coïncider avec les Jeux olympiques et paralympiques de PyeongChang.

Des experts ont noté que Kim pourrait demander la suspension de ces exercices militaires et l’arrêt du déploiement régulier de moyens stratégiques américains sur la péninsule coréenne comme conditions au prochain dialogue intercoréen.

«Les autorités militaires des alliés prendront une décision sur la question après avoir pris en compte divers facteurs», a dit Cho sans donner de détails.

lsr@yna.co.kr

(FIN)