2017/11/29 16:03 KST

Article View Option

(LEAD) La Corée du Nord prétend avoir tiré avec succès un nouvel ICBM

Une présentatrice de la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV) annonce le mercredi 29 novembre 2017 le succès d’un tir de missile balistique intercontinental dans un communiqué émis par le gouvernement nord-coréen. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Une présentatrice de la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV) annonce le mercredi 29 novembre 2017 le succès d’un tir de missile balistique intercontinental dans un communiqué émis par le gouvernement nord-coréen. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 29 nov. (Yonhap) -- La Corée du Nord a déclaré ce mercredi avoir testé avec succès un nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) capable d'atteindre n’importe quel endroit du continent américain en avançant que ce dernier lancement marque l’accomplissement de son armement nucléaire.

L’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a déclaré que le pays a tiré un ICBM Hwasong-15 capable d'emporter une «ogive d'un poids hyper-lourd» et de «frapper l’ensemble des Etats-Unis contigus».

Après avoir observé le test, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré que le pays a achevé le développement de la «force nucléaire de l’Etat» en décrivant le régime comme un «Etat nucléaire», a ajouté l’agence.

Le leader nord-coréen Kim Jong-un signe un document autorisant un tir d'essai de missile balistique intercontinental (ICBM) Hwasong-15, a rapporté le mercredi 29 novembre 2017 la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Signature de Kim Jong-un

Le leader nord-coréen Kim Jong-un signe un document autorisant un tir d'essai de missile balistique intercontinental (ICBM) Hwasong-15, a rapporté le mercredi 29 novembre 2017 la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Il s’agissait du troisième test d’ICBM de la Corée du Nord après deux tirs d’essai de Hwasong-14 en juillet.

Le dernier missile, tiré avec un angle élevé, a volé environ 960 km à une altitude d’environ 4.500 km, selon l’armée sud-coréenne.

Des experts estiment que, s’il avait été lancé sur une trajectoire classique, il aurait pu voler jusqu’à 13.000 km, plaçant une grande partie du continent américain à sa portée.

Le Nord a affirmé dans sa «déclaration solennelle» que ses armes nucléaires ne constitueraient pas une menace à aucun pays tant que ses intérêts ne seront pas bafoués.

«En tant que puissance nucléaire responsable et Etat épris de paix, (la Corée du Nord) déploiera tous les efforts possibles pour servir la noble cause de défense de la paix et de la stabilité du monde», a souligné la KCNA.

La course de la Corée du Nord vers les armes nucléaires de pointe s’est intensifiée sous le dirigeant actuel qui est arrivé au pouvoir à la fin de 2011. Pyongyang a effectué six essais nucléaires depuis 2006 dont le dernier en septembre.

Le numéro un nord-coréen avait déclaré en janvier dernier que son pays était entré dans la dernière étape de préparation en vue de lancer un ICBM.

Le ministre sud-coréen de l’Unification Cho Myoung-gyon avait prévu hier que la Corée du Nord pourrait annoncer l’accomplissement de son programme d’armes nucléaires l’année prochaine pour le 70e anniversaire de l'établissement de son régime.

Des analystes ont noté que le dernier test a été marqué par le plus long vol d’un missile nord-coréen mais que la Corée du Nord n’aurait pas encore maîtrisé la technologie de rentrée atmosphérique, élément clé dans le développement d’un ICBM.

lsr@yna.co.kr

(FIN)