2017/11/29 10:09 KST

Article View Option

Trump après le tir de missile nord-coréen : «Nous allons nous en occuper»

WASHINGTON, 28 nov. (Yonhap) -- Le président américain Donald Trump a déclaré aujourd’hui, après que la Corée du Nord a lancé ce qui semblait être un missile balistique intercontinental (ICBM), qu’il allait «s’en occuper».

«Un missile a été lancé il y a peu de temps depuis la Corée du Nord», a-t-il annoncé depuis la Maison-Blanche. «Je tiens seulement à vous dire que nous allons nous en occuper».

Il a été rejoint par le secrétaire à la Défense James Mattis.

«Nous avons eu une longue discussion à ce sujet», a déclaré Trump en faisant référence au chef de la défense. «C'est une situation que nous allons gérer.»

L'engin a été tiré depuis une zone située au nord de Pyongyang et a volé environ 1.000 km avant de retomber en mer de l'Est, à l'intérieur de la zone économique exclusive du Japon, selon les forces militaires sud-coréennes et américaines.

Si cette information est confirmée, il s'agira du troisième lancement d’ICBM par la Corée du Nord après les deux tirs effectués en juillet.

«Franchement, il est allé plus haut que lors de leurs précédents tirs», a précisé Mattis. «C'est un effort de recherche et de développement de leur part, l'élaboration permanente de missiles balistiques qui pourraient menacer le monde entier, en fait.»

Il a noté que l'armée sud-coréenne a procédé à un exercice balistique après ce lancement «pour faire comprendre à la Corée du Nord qu'elle pourrait être prise sous le feu de notre allié».

«Mais en fin de compte, il s'agit d'un effort continu pour créer une menace, la menace de missiles balistiques qui mettent en danger la paix mondiale, la paix régionale et certainement les Etats-Unis», a-t-il estimé.

Trump n'a pas formulé davantage de commentaires, prenant pour le moment de la distance avec sa précédente rhétorique enflammée à l'égard de Pyongyang.

Le chef d’Etat américain avait menacé de déclencher «le feu et la fureur» sur la Corée du Nord après que le régime de Kim Jong-un a lancé ses deux premiers ICBM en juillet. Plus tard, il avait affirmé qu’il pourrait «détruire complètement» la nation si nécessaire.

La Corée du Nord avait répondu qu'elle serait prête à tester une bombe à hydrogène dans l'océan Pacifique.

Le pays a mené son sixième et plus puissant essai nucléaire en septembre alors qu'il accélère en parallèle le développement d'un missile à pointe nucléaire capable d'atteindre le continent américain.

Le secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, a déclaré dans un communiqué que les Etats-Unis «condamnent fermement» le lancement.

«Le développement incessant d'armes nucléaires par la RPDC (République populaire démocratique de Corée) et les moyens destinés à les élaborer doivent être endigués», a-t-il dit. «Ensemble, la communauté internationale doit continuer à envoyer un message unifié à la Corée du Nord selon lequel la RPDC doit abandonner son programme d'ADM (armes de destruction massive)».

Il a exhorté toutes les nations à maintenir les sanctions des Nations unies contre le royaume ermite et à prendre des mesures supplémentaires afin d’interdire les navires transportant des marchandises à destination et en provenance du Nord.

«Les options diplomatiques restent viables et ouvertes, pour le moment», a-t-il affirmé. «Les Etats-Unis restent déterminés à trouver une voie pacifique à la dénucléarisation et à mettre fin aux actes belliqueux de la Corée du Nord.»

lp@yna.co.kr

(FIN)