2017/11/03 16:23 KST

Article View Option

Le NSC se penche sur des sanctions unilatérales contre le Nord

Le Conseil de sécurité nationale (NSC) étudie actuellement la possibilité de sanctions unilatérales de la part de Séoul contre la Corée du Nord.
Le Conseil de sécurité nationale (NSC) étudie actuellement la possibilité de sanctions unilatérales de la part de Séoul contre la Corée du Nord.

SEOUL, 03 nov. (Yonhap) -- Le Conseil de sécurité nationale (NSC) s’est réuni hier pour discuter de l’éventualité de placer des sanctions unilatérales sud-coréennes à l’égard de la Corée du Nord, a annoncé ce vendredi le bureau présidentiel Cheong Wa Dae.

Le NSC a discuté de sanctions que pourraient prendre le gouvernement sud-coréen en se basant sur les résultats des discussions avec plusieurs pays membres sur la résolution onusienne contre le régime nord-coréen, a fait savoir le palais présidentiel.

Le gouvernement sud-coréen pourrait annoncer ses propres sanctions contre la Corée du Nord au début de la semaine prochaine, avant l’arrivée du président américain Donald Trump le 7 novembre.

Séoul envisage des sanctions unilatérales depuis l’adoption de la résolution 2375 du Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU) le 11 septembre en réponse au sixième essai nucléaire nord-coréen.

«Les membres permanents du NSC ont discuté des sanctions unilatérales que le gouvernement sud-coréen pourrait adopter en se basant sur les discussions avec d’autres pays», a annoncé Cheong Wa Dae dans un communiqué de presse.

Le président Moon Jae-in a toujours mis l’accent sur la nécessité d’exercer une pression maximum sur Pyongyang pour que le régime nord-coréen n’ait d’autre choix que de revenir à la table des négociations et discute afin de mettre un terme à ses ambitions nucléaires de manière pacifique.

Pyongyang a effectué dix essais de missile depuis l’arrivée de l’administration Moon au mois de mai. La dernière provocation a été son sixième essai nucléaire mené le 3 septembre.

Lors de la réunion, les membres ont également discuté des moyens d’empêcher les bateaux sud-coréens d’entrer dans la zone maritime nord-coréenne, a ajouté le bureau présidentiel.

Ce sujet a été abordé suite au rapatriement du bateau de pêche 391 Hungjin, qui a été capturé par la Corée du Nord après être entré délibérément dans sa zone maritime.

L’incident a été une alerte alors que la police maritime sud-coréenne n'était pas au courant de la saisie du bateau par la Corée du Nord avant que celle-ci n’annonce son plan de le renvoyer.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)