2017/10/10 15:11 KST

Article View Option

Pour Séoul, le redémarrage du complexe de Kaesong porte atteinte au droit de propriété

SEOUL, 10 oct. (Yonhap) -- Le ministère de l’Unification de Séoul a déclaré ce mardi que la Corée du Nord ne devait pas relancer unilatéralement les activités du complexe industriel de Kaesong comme une telle mesure porte atteinte au droit de propriété des entreprises sud-coréennes qui étaient implantées dans cette zone.

Le site Internet de propagande nord-coréen Uriminzokkiri a rapporté la semaine dernière le redémarrage des activités de la zone industrielle que Séoul a suspendues en février 2016 en réponse à des tests nucléaire et balistique de Pyongyang.

«La position de base du gouvernement est que la Corée du Nord ne doit pas porter atteinte au droit de propriété des sociétés sud-coréennes. Nous avons clairement dit que les usines et les machines de la zone appartiennent aux entreprises sud-coréennes», a déclaré un officiel du ministère.

Il n’y a toutefois pas de signes particuliers pouvant confirmer le redémarrage prétendu du complexe industriel de Kaesong même si des déplacements de bus et des lumières ont été observés dans les rues du parc industriel, a-t-il indiqué.

L’officiel a noté que, si la Corée du Nord a rouvert le parc, cela constitue une violation des accords intercoréens interdisant l'utilisation arbitraire des actifs des sociétés sud-coréennes ainsi que des dernières sanctions onusiennes imposant un embargo sur les exportations de produits textiles du Nord.

«Séoul cherchera à déterminer les faits pour évaluer la situation. Si les entreprises locales déposent des demandes de visite en Corée du Nord pour vérifier leurs actifs, le gouvernement les examinera après avoir tenu compte de divers facteurs», a-t-il ajouté.

Créé en 2004, le complexe industriel abritait 124 sociétés sud-coréennes employant plus de 54.000 ouvriers nord-coréens pour fabriquer des produits à forte intensité de main-d’œuvre tels que des vêtements et ustensiles de cuisine.

lsr@yna.co.kr

(FIN)