2017/10/10 11:33 KST

Article View Option

L'armée en vigilance renforcée face à une éventuelle provocation du Nord

SEOUL, 10 oct. (Yonhap) -- Les autorités militaires de la Corée du Sud et des Etats-Unis surveillent de près les mouvements de l'armée nord-coréenne alors que la Corée du Nord célèbre aujourd'hui l'anniversaire de la fondation du Parti du travail.

«Alors qu'il y a une possibilité de provocation de la Corée du Nord, vers le jour de l'anniversaire de la fondation du Parti, (les armées sud-coréenne et américaine) surveillent minutieusement les mouvements de l'armée nord-coréenne», a fait savoir ce mardi un officiel de l'armée.

Les autorités militaires de Séoul et Washington ont renforcé leur état de surveillance et vigilance en augmentant le déploiement des moyens de surveillance disponibles pour détecter des signes de mouvements militaires en Corée du Nord durant la période de la fête des moissons, Chuseok.

Les tirs de missiles balistiques se déroulent en général au petit matin, mais le Nord n'a pas lancé de missile balistique aujourd’hui. Cependant, l'armée maintient toujours l'état de vigilance renforcé pour faire face à une éventuelle provocation.

Le leader nord-coréen Kim Jong-un avait promis le 21 septembre dernier de prendre les actions les plus fortes en réponse aux propos du président américain Donald Trump sur la «destruction totale» de la Corée du Nord. «Peu importe ses attentes, Trump fera face à des résultats bien au-delà de ses attentes», avait menacé Kim.

Un député russe, qui a fait une visite au Nord, a soulevé la possibilité de lancement d’un missile balistique intercontinental à l'occasion de l'anniversaire de la fondation du Parti du travail.

Cependant, même si Pyongyang n’effectue pas de provocation aujourd'hui, il reste toujours des possibilités de provocation, comme le 18 octobre, jour de l’ouverture du 19e congrès national du Parti communiste chinois.

«Si une provocation du Nord a lieu pendant le congrès du Parti chinois, elle pourrait avoir pour but de faire pression à la fois sur les Etats-Unis et la Chine», avait estimé plus tôt Kim Yong-hyun, professeur à l'université Dongguk.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)