2017/09/12 08:26 KST

Article View Option

(LEAD) Le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

NEW YORK, 11 sept. (Yonhap) -- Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté ce lundi à l’unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, limitant les importations de pétrole dans le pays, suite au sixième et plus puissant essai nucléaire nord-coréen du 3 septembre.

Les sanctions incluent un gel des importations de brut en Corée du Nord au niveau actuel de 4 millions de barils par an et de celles de produits pétroliers à 2 millions de barils, soit la moitié du volume présent. C’est la première fois que le Conseil de sécurité cible les achats de pétrole du régime nord-coréen à travers des sanctions.

Les Etats-Unis avaient pourtant souhaité un embargo total sur le pétrole pour mettre un terme au développement d’armes nucléaires et de missiles balistiques de la Corée du Nord, mais la Chine et la Russie, possédant le droit de veto au Conseil, étaient semble-t-il opposées à toute mesure pouvant déstabiliser le pays.

Toutefois, ces nouvelles restrictions devraient réduire la consommation de produits pétroliers de la Corée du Nord d’environ 30%, selon des experts et diplomates.

La résolution 2375 comprend également une interdiction sur les exportations de produits textiles nord-coréens, une source de revenus notable pour le régime, et des restrictions sur l’envoi d’ouvriers nord-coréens à l’étranger. Il est estimé que le Nord gagne à peu près 800 millions et 200 millions de dollars respectivement dans ces deux secteurs.

Comme exigé initialement par Washington, les sanctions interdisent par ailleurs les importations au Nord de gaz naturel liquéfié et condensats. Cependant, aucune interdiction de voyage et aucun gel d’actif à l’encontre du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et de sa sœur, Yo-jong, n’a été mise en place.

En dépit de la demande du gouvernement américain de prendre «toutes les mesures nécessaires» pour intercepter et inspecter les navires nord-coréens placés sur liste noire, la nouvelle résolution ne permet de telles opérations que si l’Etat du pavillon en donne l’autorisation.

La résolution prouve la détermination croissante de la communauté internationale à prendre des mesures contre la Corée du Nord, seulement huit jours après l’essai nucléaire. Dans le passé, les adoptions des résolutions contre Pyongyang, au nombre de huit depuis 2006, prenaient des mois. La précédente datait du 5 août, après deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux un mois plus tôt.

xb@yna.co.kr

(FIN)