2017/07/17 10:38 KST

Article View Option

(2e LD) Séoul propose au Nord un dialogue militaire pour faire baisser les tensions à la frontière

Le vice-ministre de la Défense, Suh Choo-suk, donne un briefing sur la proposition au Nord de dialogue militaire
Le vice-ministre de la Défense, Suh Choo-suk, donne un briefing sur la proposition au Nord de dialogue militaire

SEOUL, 17 juil. (Yonhap) -- Le gouvernement sud-coréen a proposé ce lundi de tenir un dialogue militaire intercoréen le 21 juillet pour réduire les tensions le long de la frontière, comme annoncé dans le discours du président Moon Jae-in à Berlin, en Allemagne.

Séoul souhaite organiser un dialogue ce vendredi au pavillon Tongilgak, situé dans la zone nord-coréenne du village de la trêve de Panmunjom, selon le ministère de la Défense.

La rencontre demandée viserait à suspendre «tous les actes d'hostilité» près de la Ligne de démarcation militaire (LDM) qui divise les deux Corées, a déclaré le ministère.

Moon avait proposé lors de sa visite à Berlin de suspendre les actes d’hostilité le long de la frontière intercoréenne à l'occasion du 64e anniversaire de l’accord de cessez-le-feu le 27 juillet qui a mis fin à la guerre de Corée de 1950-1953.

Le ministère a également demandé à Pyongyang de répondre à la proposition de Séoul via le canal de communication de la zone mer Jaune après l'avoir rétabli suite à sa suspension en février 2016 dans le cadre de mesures du Sud pour la fermeture du complexe industriel de Kaesong.

Le ministère, cependant, n'a pas donné de détails sur l'ordre du jour et le niveau du dialogue envisagé. S’il a effectivement lieu, ce dialogue sera le premier entre autorités militaires des deux côtés en près de trois ans. Les deux Corées ont tenu une réunion de travail à Panmunjom le 15 octobre 2014 pour tenter de faire baisser les tensions mais n'ont pas réussi à établir un accord.

Dans l'éventuelle nouvelle série de négociations, le Sud devrait suggérer que les deux Corées suspendent les diffusions de messages de propagande par haut-parleurs à travers la LDM. Le Nord devrait se focaliser sur l’arrêt de l'envoi de tracts anti-Pyongyang à travers la frontière par des activistes sud-coréens.

Des observateurs prévoient que les chances sont relativement élevées de voir le Nord accepter un dialogue militaire même si une autre date pourrait être proposée.

Lors du 7e Congrès du Parti du travail en mai 2016, le leader nord-coréen Kim Jong-un a exprimé son souhait de tenir un dialogue militaire avec le Sud, en disant qu'il serait une occasion pour des consultations globales sur la suppression des risques de conflit armé dans la zone frontalière et la baisse des tensions.

Le gouvernement a fait également une proposition séparée pour l'organisation d’un dialogue entre Croix-Rouge des deux Corées afin de discuter des moyens de reprendre les réunions de familles séparées à l'occasion de la «fête des moissons» au début du mois d'octobre.

La Croix-Rouge sud-coréenne a transmis une proposition au Nord pour un dialogue le 1er août à la Maison de la paix, dans la zone sud-coréenne de Panmunjom.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)