SNS Share
Article View Option

2017/05/17 09:33 KST

Les Etats-Unis disposés à discuter avec Pyongyang après «un arrêt total du processus nucléaire»

L’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley (Photo d'archives Yonhap=AP)
L’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley (Photo d'archives Yonhap=AP)

NEW YORK, 16 mai (Yonhap) -- Les Etats-Unis sont disposés à discuter avec Pyongyang «mais pas avant que nous voyions un arrêt total du processus nucléaire et de tout test là-bas», a déclaré ce mardi l’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley.

Avant l’ouverture d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée pour discuter du dernier test de missile de la Corée du Nord, Haley a également souligné que les Etats-Unis renforceraient davantage les sanctions contre le régime communiste et poursuivraient les entités de pays tiers le soutenant.

«Si vous êtes un pays qui approvisionne ou soutient la Corée du Nord, nous vous interpellerons. Nous nous assurerons que tout le monde sache qui vous êtes et nous ciblerons ces sanctions vers vous aussi», a-t-elle averti.

La réunion d’aujourd’hui est intervenue après que le Conseil a adopté un communiqué de presse condamnant le tir de missile du Nord. Des experts estiment que le dernier test a montré des progrès considérables réalisés par le Nord dans son développement d’un missile balistique intercontinental capable d’atteindre les Etats-Unis.

Les Etats-Unis accroîtront la pression sur le Nord avec tous les moyens possibles, a noté Haley.

«Nous ferons tout pour faire pression sur eux économiquement, diplomatiquement, politiquement et internationalement et avec tous les moyens dont nous avons besoin», a-t-elle souligné. «Nous allons envoyer un message commun très fort au Nord pour dire que la communauté internationale souhaite vous soutenir, mais tant que vous ferez des tests, tant que vous continuerez votre programme nucléaire, vous serez tout seuls sur une île.»

L’ambassadrice a estimé que le Nord est «plus qu’un simple problème» mais une «véritable menace pour chaque pays du monde». «Ce que vous avez, c’est un dirigeant paranoïaque. Il pense que nous cherchons un changement de régime. Il pense qu’il y a des gens qui cherchent à l’assassiner. Nous ne cherchons à faire aucune de ces choses-là. [...] Ce que nous sommes en train de dire, c’est que pour la paix sur la péninsule coréenne, il doit arrêter ses tests et tout le programme nucléaire qu’il a.»

L’ambassadeur de Corée du Sud Cho Tae-yul a de son côté souligné que le tir de missile du Nord a eu lieu juste quelques jours après l’investiture du président sud-coréen Moon Jae-in et l’engagement de la nouvelle administration pour la dénucléarisation de la Corée du Nord est ferme.

«Manifestement, Pyongyang, avec ce tir de missile, tente de tester la détermination de notre nouveau gouvernement pour la dénucléarisation de la Corée du Nord. Mais notre réponse est plus ferme que jamais», a-t-il dit.

«Lors de la réunion du Conseil de sécurité nationale convoquée immédiatement après la provocation nord-coréenne, le président Moon, notre nouveau président, a clairement déclaré qu’il répondrait de manière résolue à toute provocation nord-coréenne et qu’un dialogue était possible si et seulement si et lorsqu’il y a un changement dans le comportement de la Corée du Nord», a-t-il rappelé.

L’ambassadeur du Japon Koro Bessho a quant à lui appelé à accroître la pression sur Pyongyang. «Le plus important, c’est que nous avons besoin de faire plus pression sur la Corée du Nord pour qu’ils comprennent qu’ils doivent changer de voie», a-t-il noté. «Le changement doit venir de la Corée du Nord, pas de nous. Nous continuerons sur notre voie. Comme vous pouvez voir, les trois pays, les Etats-Unis, la République de Corée et le Japon, sont ensemble.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)