SNS Share
Article View Option

2017/03/19 14:51 KST

Choe Ryong-hae serait à l’origine de la mise à pied du chef du service secret nord-coréen

SEOUL, 19 mars (Yonhap) -- Choe Ryong-hae, vice-président du Parti du Travail de Corée (WPK), serait à l’ origine du licenciement du ministre nord-coréen de la sécurité d’Etat Kim Won-hong, a montré ce dimanche un rapport de l’Institut pour la stratégie de la sécurité nationale.

Kim, âgé de 72 ans, a été licencié à la mi-janvier après qu’une enquête du WPK commanditée par Choe a révélé que son agence a abusé de son autorité. «Il y avait une source de conflit entre Choe et Kim. On pense que Choe a joué un rôle dans le licenciement (par Kim Jong-un) du chef du renseignement», indique le rapport.

Choe est l’un des proches du dirigeant nord-coréen, qui ne permet à aucun des cadres du régime d’exercer une trop grande influence afin de maintenir sa main mise sur le régime. Le rapport explique que Choe a fait profil bas depuis qu’il a recouvré ses fonctions après avoir été puni pour avoir mal géré un projet en novembre 2015.

«Afin de maintenir son statut de poids lourd du régime, Choe a besoin de pouvoir influencer les nominations, mais il est limité dans ce sens car Kim Jong-un a restreint son rôle (au sein du WPK) pour l’empêcher d’étendre sa base de pouvoir», selon rapport.

Choe serait aussi en conflit avec Hwang Pyong-so, directeur général du bureau général de politique de l’armée populaire de Corée, et numéro deux en Corée du Nord.

Hwang avait averti Kim Jong-un que Choe pourrait mener une révolte quand ce dernier était directeur du bureau général de politique de l’armée populaire de Corée. «Choe cherche à se venger de Hwang car il pense qu’il est à l’origine de son licenciement.»

Par ailleurs, Hwang cherche à empêcher que Kim Won-hong et Kim Yong-chol, secrétaire du parti en charge des affaires intercoréennes, n’exercent une influence sur l’armée. «Il existe au sein des officiels nord-coréens la rumeur selon laquelle la relation entre Hwang et Kim Won-hong est comme un volcan endormi qui peut se réveiller à tout instant», explique le rapport.

Kim Yong-chol entretenait par le passé de bonnes relations avec le chef du renseignement mais ses relations avec Kim Won-hong et Hwang se sont dégradées après qu’il a cherché à abuser de son autorité, a ajouté le rapport.

Photo de la presse officielle nord-coréenne datée du 17 décembre 2014 montrant Kim Jong-un (à droite), Choe Ryong-hae (centre) et Hwang Pyong-so.
Photo de la presse officielle nord-coréenne datée du 17 décembre 2014 montrant Kim Jong-un (à droite), Choe Ryong-hae (centre) et Hwang Pyong-so.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)