SNS Share
Article View Option

2012/08/13 22:16 KST

Projets communs de développement économique entre le Nord et la Chine

SEOUL, 13 août (Yonhap) -- Jang Song-thaek, oncle du leader nord-coréen Kim Jong-un et principal pilier du nouveau régime, est parti pour la Chine ce lundi dans le cadre d'entretiens au sujet de projets communs avec Pékin pour le développement des deux zones économiques spéciales du Nord, a déclaré l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Cette visite de Jang, vice-président de la Commission de la Défense nationale du Nord, fait suite à la rencontre à Pyongyang plus tôt dans le mois entre Wang Jiarui, chef du bureau des affaires internationales du Parti communiste chinois et le dirigeant Kim, qui aurait décidé de donner la priorité au développement de l'économie moribonde du Nord.

Jang participera à une troisième série d’entretiens avec des responsables chinois, portant sur le développement de la ville de Rason située au nord de la péninsule coréenne et de Hwanggumphyong, une île sur la frontière avec la Chine, selon la KCNA.

Ces discussions ont pour sujet «le développement et la gestion communes de la zone économique de Rason et de celle de Hwanggumphyong et Wihwado», a précisé le communiqué.

  
La délégation du Nord, composée de 30 responsables officiels, est arrivée à l'aéroport de Pékin à environ 18 heures (heure locale). Le communiqué de la KCNA n'a pas donné de détails sur l'itinéraire de Jang mais selon des sources diplomatiques de Pékin, il devrait rentrer en Corée du Nord ce samedi, après avoir visité la région sud de la Chine et trois provinces du nord-est.

  
Environ huit mois après avoir hérité de la Corée du Nord après la mort de son père, Kim Jong-il, le jeune Kim semble avoir consolidé son emprise sur le pouvoir. Jang est le mari de Kim Kyong-hui, l'une des soeurs de son défunt père.

En 2011, le Nord et la Chine avaient posé les bases du projet de développement d'une zone économique sur l'île de Hwanggumphyong, juste après que le défunt leader se soit rendu en Chine pour y étudier le développement économique du pays voisin.

Kim est mort subitement d'une crise cardiaque en décembre dernier, mais le Nord a annoncé qu'il allait soutenir les politiques de son défunt leader pour devenir un pays socialiste prospère sous la houlette du nouveau chef, censé être âgé d’à peine 30 ans.

   catherine@yna.co.kr
(FIN)