2018/09/14 14:35 KST

Article View Option

(2e LD) Les Corées ouvrent un bureau de liaison conjoint à Kaesong

Cette photo fournie par le ministère de l'Unification montre le bâtiment de quatre niveaux qui accueille le bureau de liaison dans la ville nord-coréenne de Kaesong.
Cette photo fournie par le ministère de l'Unification montre le bâtiment de quatre niveaux qui accueille le bureau de liaison dans la ville nord-coréenne de Kaesong.

SEOUL/KAESONG, 14 sept. (Joints Press Corps-Yonhap) -- La Corée du Sud et du Nord ont officiellement lancé aujourd'hui leur bureau de liaison conjoint qui assurera une plate-forme de communication 24 heures sur 24 visant à faciliter les échanges frontaliers et à atténuer les tensions.

Le bureau de liaison a été inauguré dans la ville frontalière de Kaesong, au Nord, et environ 50 personnes des deux Corées ont assisté à la cérémonie d'ouverture qui a débuté à 10h30, selon le ministère.

Cette initiative fait suite à l'accord que les dirigeants des deux Corées ont conclu lors de leur sommet d'avril pour lancer un tel bureau, avec l'espoir qu'il servira de canal de communication pour faciliter la coopération intercoréenne sur différents fronts.

«Le bureau de liaison intercoréen est un canal permettant une communication 24 heures sur 24 dans une nouvelle ère de paix», a déclaré le ministre sud-coréen de l'Unification, Cho Myoung-gyon, dans son discours de félicitations.

«A partir d'aujourd'hui, la Corée du Sud et la Corée du Nord peuvent établir des consultations directes 24 heures sur 24 et 365 jours par an sur les questions relatives aux relations intercoréennes, à la paix et à la prospérité dans la péninsule coréenne», a-t-il ajouté.

La Corée du Sud affectera environ 20 fonctionnaires au sein de cette nouvelle structure, tandis que le Nord en déploiera de 15 à 20.

Le vice-ministre de l'Unification, Chun Hae-sung, assumera la fonction de coresponsable du bureau avec un vice-président du Comité pour la réunification pacifique du pays, une agence nord-coréenne chargée des échanges intercoréens.

Le ministre de l'Unification, Cho Myoung-gyon, et d'autres députés et universitaires ont assisté à la cérémonie. Parmi les Nord-Coréens qui étaient présents à l'événement, il y avait Ri Son-kwon, qui a dirigé des discussions intercoréennes de haut niveau ces derniers mois, selon le ministère.

Ri a exprimé son souhait de voir le bureau aider les deux Corées à améliorer leurs relations et réaliser la paix et la prospérité sur la péninsule.

«Avec l'ouverture du bureau de liaison, les deux côtés peuvent discuter des sujets concernant leurs relations et chercher des mesures nécessaires de manières rapide et sincère», a-t-il indiqué dans un discours.

Avec la cérémonie d'ouverture, les deux côtés ont signé un accord détaillant la façon de composer et opérer le bureau de liaison.

Le bureau devait ouvrir ses portes en août mais son ouverture avait été reportée dans un contexte de préoccupations apparentes des Etats-Unis sur les progrès dans les relations intercoréennes plus rapides que ceux des négociations nucléaires avec le Nord, qui sont dans l'impasse.

Les Etats-Unis auraient cédé après une visite récente à Pyongyang d'une délégation présidentielle sud-coréenne, durant laquelle le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a réaffirmé son engagement pour la dénucléarisation.

L'ouverture du bureau a lieu quelques jours avant la rencontre des dirigeants des deux Corées à Pyongyang pour leur troisième sommet cette année.

Certains hommes d'affaires qui dirigeaient des entreprises dans le parc industriel mixte de Kaesong désormais fermé étaient également invités à la cérémonie d'ouverture. Séoul a déclaré que leur présence n'avait aucun lien avec les efforts mis en œuvre pour reprendre les opérations du parc.

Lancé en 2004, le parc industriel a été salué comme un symbole essentiel de la coopération économique entre les deux Corées, car il combinait les capitaux et les technologies sud-coréens à la main-d'œuvre bon marché du Nord.

La Corée du Sud a toutefois décidé unilatéralement de fermer ses portes en 2016 en réponse aux essais nucléaires et balistiques du Nord. Washington s'est apparemment opposé à la reprise de ses opérations, car cela pourrait aller à l'encontre des sanctions imposées contre le pays communiste.

Cet événement a permis aux personnes qui dirigeaient des firmes dans le complexe industriel de le visiter pour la première fois depuis sa fermeture.

lp@yna.co.kr

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)