2018/06/14 08:40 KST

Article View Option

(2e LD) Large victoire du parti au pouvoir aux élections locales

La chef du Parti démocrate de Corée Choo Mi-ae (2e de la dr.) et d'autres hauts responsables du parti se félicitent le 13 juin 2018 de leur grande victoire aux élections locales et législatives partielles.
La chef du Parti démocrate de Corée Choo Mi-ae (2e de la dr.) et d'autres hauts responsables du parti se félicitent le 13 juin 2018 de leur grande victoire aux élections locales et législatives partielles.

SEOUL, 14 juin (Yonhap) -- Le parti au pouvoir, le Parti démocrate de Corée (PDC), a remporté une victoire écrasante aux élections locales qui se sont déroulées hier, ce dernier ayant gagné 14 des 17 positions les plus disputées, dont celles de maire de Séoul et de gouverneur de la province du Gyeonggi.

Il s'agit de la plus grande victoire jamais enregistrée depuis les premières élections locales de 1995.

Le PDC a également remporté 11 des 12 sièges parlementaires aux élections législatives partielles, tenues en même temps.

Ces résultats devraient renforcer la position du président Moon Jae-in pour qu'il mène ses réformes progressistes et poursuive sa politique d’ouverture avec la Corée du Nord.

Le principal parti de l'opposition, le Parti Liberté Corée (PLC), a donc subi une défaite monumentale, en ne remportant que deux des principaux postes de maires et de gouverneurs. Le candidat sans étiquette, Won Hee-ryong, a été élu gouverneur de Jeju.

Un total de 4.016 postes étaient à pourvoir, dont 17 gouverneurs provinciaux et maires de grande ville, 226 chefs de collectivités locales, 824 conseillers régionaux et municipaux, 2.927 conseillers locaux, 17 recteurs d’académie et cinq conseillers éducatifs (Jeju).

Les élections locales sont largement perçues comme un test de la confiance du public en l'administration du président Moon Jae-in.

Le PDC a exprimé sa joie devant la certitude de sa victoire.

«On se souviendra d'aujourd'hui comme d’un jour de victoire pour le peuple, comme lors des élections présidentielles de l'année dernière», a déclaré la porte-parole du PDC Back Hye-ryun, qui a ajouté que les élections d'aujourd'hui reflètent le désir des électeurs pour la paix et la prospérité et pour des gouvernements provinciaux solides.

Hong Joon-pyo, le chef du Parti Liberté Corée, a, face à cette probable défaite, laissé entendre qu'il pourrait démissionner de son poste. «C'est ici que cela s'arrête», a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Le PLC souffre toujours du manque de confiance du public après le scandale de corruption de l'année dernière ayant abouti à la destitution de l'ex-présidente Park Geun-hye.

De plus petits partis de l'opposition, tels que le parti de centre-droit Bareunmirae, n’ont pas réussi à obtenir un des 17 postes importants de gouverneurs ou de maires.

Le maire de Séoul Park Won-soon le mardi 13 juin 2018.
Le maire de Séoul Park Won-soon le mardi 13 juin 2018.

La position la plus disputée était celle de maire de Séoul, où vivent 20% des 52 millions de Sud-Coréens.

L'actuel maire de Séoul Park Won-soon, appartement au PDC, a renouvelé son mandat, le troisième, en obtenant 52,8% des voix. Il était opposé à Kim Moon-soo du PLC et à Ahn Cheol-soo du parti Bareunmirae.

Park a qualifié son élection de grande victoire pour les citoyens de Séoul. «Je ferai de Séoul une ville pleine de paix et de prospérité... le gouvernement de la ville de Séoul soutiendra le succès de l'administration Moon», a-t-il déclaré.

Les résultats après le dépouillement de 99,9% des suffrages montrent également que les candidats du parti au pouvoir ont remporté 14 sièges de maires et de gouverneurs de province, dont ceux des villes d’Incheon, de Busan et d’Ulsan et de la province du Gyeonggi. Le PLC a seulement défendu deux de ses bastions, la ville de Daegu et la province du Gyeongsang du Nord.

Après une bataille au coude-à-coude, Kim Kyoung-soo du PDC a remporté le poste de gouverneur de la province du Gyeongsang du Sud grâce à 52,8% des voix exprimées en sa faveur contre Kim Tae-ho du PLC. La province est traditionnellement un bastion conservateur.

Le taux de participation provisoire a été mesuré à 60,2%, 25,8 millions des 42,9 millions d’électeurs admissibles ayant voté, a fait savoir la Commission nationale des élections (NEC). C'est la première fois depuis 1995 que le taux de participation à des élections locales dépasse les 60%.

lsr@yna.co.kr

(FIN)