2018/02/05 16:39 KST

Article View Option

(LEAD) L'héritier de Samsung, Lee Jae-yong, libéré après une condamnation avec sursis

Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, quitte le 5 février 2018 la Haute Cour de Séoul après avoir été libéré près d'un an après son placement en détention provisoire en février 2017.
Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, quitte le 5 février 2018 la Haute Cour de Séoul après avoir été libéré près d'un an après son placement en détention provisoire en février 2017.

SEOUL, 05 fév. (Yonhap) -- Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, a été remis en liberté ce lundi après qu’une cour d’appel a rejeté la plupart des principaux chefs d'accusation à son encontre dans un scandale de corruption qui a conduit à la destitution de l’ancienne présidente Park Geun-hye l’année dernière.

La Haute Cour de Séoul a condamné Lee à deux ans et demi de prison assortis d’un sursis de quatre ans. Suite à l’annonce du verdict, il a été immédiatement libéré après près d’un an d’incarcération, depuis son placement en détention provisoire en février 2017.

L’héritier présomptif du plus grand conglomérat de la Corée du Sud avait écopé d’une peine de cinq ans de prison ferme le 25 août dernier pour avoir notamment offert 8,8 milliards de wons (8,1 millions de dollars) à Park et son amie de longue date, Choi Soon-sil, en échange d’un soutien du gouvernement pour la fusion entre deux filiales de Samsung, une étape perçue comme cruciale pour assurer la succession de Lee.

Le procureur spécial Park Young-soo avait requis 12 ans de prison contre Lee. Park et Lee avaient tous les deux fait appel du verdict.

En renversant le verdict de première instance, la cour d’appel n’a pas reconnu qu'un processus de succession à la tête de Samsung était en place comme revendiqué par les procureurs. Elle a aussi estimé que Samsung n’avait pas de programme (de succession) pour lequel il était nécessaire de formuler une «sollicitation explicite ou implicite» à l’ancienne présidente.

Lee, âgé de 50 ans, avait été inculpé en février dernier de cinq chefs accusation dont corruption, détournement de fonds et dissimulation d’actifs à l’étranger. Il était depuis en détention provisoire. Le procureur spécial a accusé Lee d’avoir offert ou promis de verser 43.3 milliards de wons à Park et Choi pour sponsoriser l’entraînement équestre de Chung Yoo-ra, fille âgée de 22 ans de Choi.

Le tribunal de première instance avait jugé coupable Lee pour tous les cinq chefs d’accusation mais avait reconnu que seule une partie des pots-de-vin a été versée et le montant promis n'a jamais été versé. Lee avait plaidé non coupable.

lsr@yna.co.kr

(FIN)