2018/01/31 18:22 KST

Article View Option

(LEAD) Séoul aborde la question des mesures de sauvegarde lors du 2e volet des renégociations de l'ALE avec Washington

SEOUL, 31 jan. (Yonhap) -- Séoul a abordé ce mercredi la question des mesures de sauvegarde pendant le deuxième round des négociations afin d’amender l'accord de libre-échange (ALE) entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, après que Washington a annoncé son intention d'imposer des droits de douane élevés sur les lave-linge et les panneaux solaires sud-coréens.

Les pourparlers de deux jours interviennent une semaine après que le président américain Donald Trump a signé des mesures de protection contre les machines à laver et les panneaux solaires étrangers, y compris ceux de Corée du Sud, affirmant que ces mesures protégeront les emplois américains.

Yoo Myung-hee, directeur général du bureau des politiques commerciales du ministère, a rencontré à Séoul son homologue américain Michael Beeman, représentant adjoint des Etats-Unis au commerce.

«Nous avons abordé (la question des mesures de sauvegarde) aujourd’hui et nous le ferons encore demain», a déclaré Yoo à la presse après la réunion qui a duré près de huit heures. Le représentant américain n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes.

Dans le cadre de la mesure de sauvegarde, des droits de douane de 20% s’appliqueront sur les premiers 1,2 million de lave-linges de grande taille à usage domestique importés et de 50% sur les unités dépassant ce quota. Un droit de douane de 30% sera également imposé sur les cellules et modules solaires de plus de 2,5 gigawatts importés la première année. Ces droits s'appliqueraient à partir du 7 février.

«Ce ne sont pas des négociations aisées. Les négociations devraient être intenses demain», a déclaré le ministre du Commerce Kim Hyun-chong après la réunion. «Il est trop tôt pour prédire le résultat des négociations. La route sera longue.»

A moins que le problème ne soit réglé via des consultations bilatérales, Kim a déclaré qu'il serait obligé de déposer une requête devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) contre les Etats-Unis et de demander réparation pour les dommages subis par les sociétés coréennes.

Des négociateurs sud-coréens tiennent avec des officiels américains la deuxième série de négociations en vue de la révision de l'accord de libre-échange Corée du Sud-Etats-Unis (ALE KORUS) à l'hôtel Lotte du centre de Séoul, le mercredi 31 janvier 2018.
Négociations ALE-KORUS

Des négociateurs sud-coréens tiennent avec des officiels américains la deuxième série de négociations en vue de la révision de l'accord de libre-échange Corée du Sud-Etats-Unis (ALE KORUS) à l'hôtel Lotte du centre de Séoul, le mercredi 31 janvier 2018.

Après les premiers pourparlers tenus à Washington le 5 janvier, le ministre sud-coréen du Commerce, Kim Hyun-chong, a déclaré qu'il s'attendait à une pression croissante des Etats-Unis dans les discussions à venir, l'administration Trump souhaitant une révision rapide de l’ALE entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, dans un climat de frustration dû à la lenteur des renégociations de l'ALE nord-américain avec le Canada et le Mexique.

Kim, qui a été avocat à l'organe d’appel et à la division des affaires juridiques de l’OMC, a déclaré que Séoul chercherait à réviser la clause de règlement des différends entre investisseurs et Etats (ISDS), ainsi qu’à protéger le secteur agricole, qui a souffert de la mise en œuvre de ce traité.

Grâce à la disposition ISDS, les investisseurs peuvent poursuivre les pays pour des pratiques discriminatoires présumées par l'intermédiaire d'organismes d'arbitrage internationaux. Des experts locaux ont exprimé leur appréhension sur le fait que de grandes sociétés multinationales pourraient exploiter cette clause, ce qui conduirait à la violation de la souveraineté judiciaire de la Corée du Sud.

Séoul anticipe également une pression accrue sur l'industrie automobile, qui représente environ 80% de l'excédent commercial avec les Etats-Unis.

Des représentants de l'industrie ont déclaré que le pourcentage de pièces automobiles américaines utilisées par les constructeurs automobiles sud-coréens pourrait devenir un problème important. C'est également une question épineuse pour les Etats-Unis dans les renégociations en cours de l’ALE nord-américain.

Alors que l'ALE a stimulé le commerce automobile entre les deux pays, les entreprises sud-coréennes ont bénéficié d'avantages plus importants grâce à la taille colossale du marché automobile américain, qui est environ 10 fois supérieur à celle du marché intérieur.

Les exportations sud-coréennes d'automobiles vers les Etats-Unis ont grimpé de 80% entre 2011 et 2015 à 18,49 milliards de dollars, tandis que les importations de voitures américaines ont bondi de 380% sur la même période à 1,68 milliard, selon les données gouvernementales.

lp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)