2018/01/03 14:10 KST

Article View Option

La main tendue de Kim Jong-un aurait pour but d’affaiblir les sanctions internationales, selon un transfuge nord-coréen

Thae Yong-ho, un ancien diplomate nord-coréen réfugié en Corée du Sud, accorde une interview à l'agence de presse Yonhap le 2 janvier 2018.
Thae Yong-ho, un ancien diplomate nord-coréen réfugié en Corée du Sud, accorde une interview à l'agence de presse Yonhap le 2 janvier 2018.

SEOUL, 03 jan. (Yonhap) -- Dans son message du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un semble chercher à affaiblir la coordination entre Séoul, Washington et Pékin dans l’application des sanctions contre Pyongyang, a estimé Thae Yong-ho, un ancien diplomate nord-coréen réfugié en Corée du Sud.

L’homme fort de Pyongyang essaierait d'utiliser la participation potentielle de son pays aux Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang comme d’un outil à cette fin, selon le transfuge.

«Kim semble avoir l'intention de secouer le Sud, les Etats-Unis et la Chine, principaux acteurs dans la résolution de la question nucléaire nord-coréenne, afin de diluer leur coordination concernant les sanctions contre le Nord», a déclaré Thae lors d’une interview donnée à l’agence de presse Yonhap et publiée aujourd'hui.

Il a ajouté que le discours de Kim pouvait se résumer en trois points : étendre l’ouverture envers Séoul, poser une menace nucléaire contre Washington et accepter la proposition de «double suspension» de Pékin.

Le jour du Nouvel An, Kim Jong-un a déclaré que son pays était prêt à envoyer une délégation aux Jeux olympiques qui se tiendront en Corée du Sud du 9 au 25 février prochains et qu'il était ouvert au dialogue avec Séoul sur cette question. Il a cependant averti les Etats-Unis qu'un «bouton nucléaire» était placé sur son bureau, affirmant que sa «force nucléaire est une réalité, non une menace».

Ce discours est intervenu alors que la communauté internationale resserre l’étau sur Pyongyang pour stopper les programmes nucléaire et balistique du royaume ermite.

Thae a interprété l'appel de Kim pour que la Corée du Nord et la Corée du Sud mènent des efforts afin de désamorcer les tensions comme un message ciblant la Chine.

«Pour la première fois, Pyongyang a déclaré qu'il avait aussi une responsabilité dans l’exacerbation des tensions sur la péninsule. On peut y voir que le Nord a accepté l'offre de la Chine d'une double suspension des essais nucléaires et balistiques de la Corée du Nord ainsi que des exercices militaires entre Séoul et Washington», a analysé Thae.

Alors que Séoul et Washington ont rejeté la proposition de Pékin, Kim cherche apparemment à créer une fissure entre les trois pays à propos de leur décision d’accentuer davantage les sanctions contre Pyongyang, a-t-il ajouté.

«Le Nord devrait demander à la Chine d'organiser des négociations avec les Etats-Unis, car il pourrait insister sur le fait qu'il a accepté l'offre de Pékin», a noté l’ancien haut diplomate nord-coréen.

En ce qui concerne les Jeux olympiques d'hiver, Thae prévoit que Kim pourrait envoyer une «équipe d'art du spectacle et de chant» pour donner l'impression que la Corée du Nord souhaite célébrer l’organisation des JO par le Sud.

Le transfuge estime peu probable que Kim Yo-jong, la petite sœur du leader, soit à la tête de la délégation nord-coréenne lors de l’événement.

«Il est presque certain que la délégation du Nord viendra au Sud car le message de Kim est un ordre qui doit être respecté, […] mais il est difficile de prédire qui viendra», selon Thae. «Pour Kim Jong-un, ce serait comme un pari d'envoyer un membre de sa famille en Corée du Sud.»

Thae a fait défection en Corée du Sud en 2016 alors qu’il occupait le poste de ministre de l'ambassade nord-coréenne en Grande-Bretagne. Il est l'un des plus hauts fonctionnaires nord-coréens à s’être enfuis au Sud.

lp@yna.co.kr

(FIN)