2017/12/04 15:30 KST

Article View Option

Le ministère de l’Unification dénonce la condamnation de la Corée du Nord des exercices aériens coréano-américains

Le porte-parole du ministère de l’Unification Baik Tae-hyun.
Le porte-parole du ministère de l’Unification Baik Tae-hyun.

SEOUL, 04 déc. (Yonhap) -- Le ministère de l’Unification a déclaré ce lundi que les exercices aériens conjoints entre Séoul et Washington sont de nature défensive, dénonçant la condamnation des exercices par la Corée du Nord.

Le porte-parole du Comité pour la réunification pacifique de la patrie de la Corée du Nord a dénoncé dimanche les exercices conjoints comme étant des manœuvres de guerre nucléaire à grande échelle contre le Nord. Les exercices de cinq jours baptisés «Vigilant ACE» ont débuté ce lundi quelques jours après le tir d’essai du missile à longue portée du régime nord-coréen.

«Les manœuvres des armées de l’air sont des exercices conjoints annuels de nature défensive entre les alliés. Le gouvernement ne va pas commenter toutes les réactions de la Corée du Nord», a déclaré Baik Tae-hyun, porte-parole du ministère de l’Unification, lors d’une conférence de presse.

Les exercices, mobilisant six chasseurs furtifs américains F-22 Raptor, sont une démonstration de force face aux menaces nucléaires et balistiques de la Corée du Nord.

La Corée du Nord a effectué la semaine dernière un tir d’essai de missile balistique intercontinental (ICBM) Hwaseong-15 et a affirmé que le missile est capable d’atteindre n’importe quel endroit du continent américain et qu’elle a achevé de développer sa «force nucléaire d’Etat».

«Le gouvernement n’accepte pas la déclaration unilatérale de la Corée du Nord d’avoir achevé son programme nucléaire. Nous faisons des efforts pour résoudre de manière pacifique le dossier nucléaire nord-coréen avec la communauté internationale», a ajouté Baik.

Séoul a déclaré vendredi dernier qu’il ne considère pas que la Corée du Nord a franchi la «ligne rouge» avec son dernier tir de missile balistique, en raison des doutes sur la technologie de rentrée et le système de guidage précis du missile.

Après le tir d’essai de deux ICBM en juillet, le président sud-coréen Moon Jae-in avait déclaré que la Corée du Nord pourrait franchir la «ligne rouge» si elle mettait au point des ICBM dotés d’ogives nucléaires. Franchir ce seuil pourrait entraîner des mesures plus dures de la part des Etats-Unis, comme une action militaire.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)