2017/09/07 15:31 KST

Article View Option

La patronne du FMI appelle à accroître la part des femmes dans la population active

La  directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, prononce un discours à l'hôtel Four Seasons dans le centre de Séoul le jeudi 7 septembre 2017 lors d'une conférence internationale coorganisée par le ministère de la Stratégie et des Finances, la Banque de Corée (BOK), le FMI et le Peterson Institute for International Economics.
Christine Lagarde à Séoul

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, prononce un discours à l'hôtel Four Seasons dans le centre de Séoul le jeudi 7 septembre 2017 lors d'une conférence internationale coorganisée par le ministère de la Stratégie et des Finances, la Banque de Corée (BOK), le FMI et le Peterson Institute for International Economics.

SEOUL, 07 sept. (Yonhap) -- La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a appelé ce jeudi à accroître la part des femmes dans la population active pour stimuler la croissance économique dans un contexte de vieillissement rapide de la population en Corée du Sud et dans d’autres pays d’Asie.

«La Corée et le Japon, par exemple, pourraient se focaliser davantage sur la réforme de l’imposition des pourvoyeurs secondaires et accroître les allocations familiales et les avantages fiscaux pour le travail à temps partiel», a déclaré Lagarde dans un discours prononcé lors d’une conférence internationale qui s'est tenue à Séoul avec comme thème les défis auxquels font face les économies asiatiques. Elle a noté que les pourvoyeurs secondaires sont toujours les femmes. Celles-ci gagnent moins que leurs homologues masculins dans un grand nombre de pays.

Lagarde a également souligné que les pays émergents et en voie de développement tels que le Cambodge et l’Inde peuvent profiter de l’amélioration de l'accès des filles à une éducation de qualité et aux capitaux.

«Ces initiatives, réunies ensemble, pourront changer la donne», a-t-elle noté avant d’ajouter que la réduction des écarts hommes-femmes sur le marché de l’emploi pourrait faire augmenter le produit intérieur brut de la Corée du Sud et du Japon de 10 et 9 points de pourcentage, respectivement.

Elle a averti que les pays comme la Corée du Sud, la Chine et le Japon devraient faire face à une diminution de leur population active dans le futur et au ralentissement de la productivité en raison du vieillissement de leur population.

Le gouverneur de la Banque de Corée (BOK), Lee Ju-yeol, a de son côté souligné que les pays asiatiques devaient prendre des mesures pour stimuler les taux de natalité et encourager les personnes âgées et femmes à travailler plus longtemps, comme la région est mal préparée au vieillissement rapide de la population.

«Si nous ne parvenons pas à faire face au vieillissement de la population, il sera difficile d’échapper à la faible croissance structurelle», a mis en garde Lee.

«Une bonne partie de la région Asie risque de «devenir vieille avant de devenir riche», a averti Ko Hyoung-kwon, premier vice-ministre de la Stratégie et des Finances, citant un rapport du FMI.

En 2016, les Sud-Coréens âgés de 65 ans ou plus ont représenté 13,2% de la population du pays, selon des données du gouvernement.

Cela dit, le taux de fécondité du pays a été de seulement 1,25 en 2016, chiffre très inférieur au niveau de remplacement de 2,1, qui permettrait au pays de maintenir sa population.

lsr@yna.co.kr

(FIN)