2017/08/11 17:50 KST

Article View Option

Mitsubishi doit dédommager les victimes du travail forcé, selon un tribunal local

GWANGJU, 11 août (Yonhap) -- La Cour du district de Gwangju a ordonné ce vendredi à l'entreprise japonaise Mitsubishi Heavy Industries de dédommager, entre 100 et 150 millions de wons, quatre victimes coréennes du travail forcé en temps de guerre.

Il s'agit de la deuxième fois cette semaine que le tribunal de Gwangju se prononce en faveur des victimes du travail forcé réclamant des dommages à Mitsubishi. Le tribunal avait ordonné mardi à l'entreprise japonaise de compenser deux victimes.

La Cour a demandé ce vendredi à Mitsubishi de verser 150 millions de wons à Oh Cheol-seok, frère du défunt Oh Kil-ae; 120 millions de wons à Kim Jae-rim, 87 ans, et 100 millions de wons chacun à deux autres victimes, Yang Young-soo, 86 ans, et Shim Sun-ae, 87 ans.

Mitsubishi devrait faire appel de la décision.

Les quatre plaignants ont déposé plainte en février 2014, demandant chacun 150 millions de wons.

Mitsubishi est l'une des principales entreprises japonaises ayant utilisé de la main d'oeuvre forcée pendant la guerre.

Les victimes affirment avoir été attirées au Japon puis forcées à travailler sans rémunération. La Corée était alors une colonie japonaise.

Kim Jae-rim (à droite) sort de la Cour du district de Gwangju le vendredi 11 août 2017. Le tribunal a ordonné à Mistubishi Heavy Industries de lui verser 120 millions de wons.
Kim Jae-rim (à droite) sort de la Cour du district de Gwangju le vendredi 11 août 2017. Le tribunal a ordonné à Mistubishi Heavy Industries de lui verser 120 millions de wons.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)