2017/07/17 15:21 KST

Article View Option

Le président parlementaire souhaite un consensus d'ici la fin de l'année pour une révision de la Constitution

Le président de l'Assemblée nationale Chung Sye-kyun prononce un discours au Parlement à Séoul, lors de la cérémonie marquant le 69e anniversaire du jour de la Constitution
Le président de l'Assemblée nationale Chung Sye-kyun prononce un discours au Parlement à Séoul, lors de la cérémonie marquant le 69e anniversaire du jour de la Constitution

SEOUL, 17 juil. (Yonhap) -- Le président de l'Assemblée nationale Chung Sye-kyun a exprimé ce lundi son souhait de voir les partis au pouvoir et d'opposition réussir à élaborer ensemble une proposition en vue d’une révision de la Constitution d'ici à la fin de cette année afin de la soumettre au début de l'année prochaine.

Durant son discours marquant le 69e anniversaire du jour de la Constitution, Chung a également dit que la Constitution devait être modifiée «pour le bien des citoyens du pays et son futur» de manières ouverte et transparente.

«Les candidats présidentiels de chaque parti se sont engagés à la réviser (durant la campagne électorale) et le président Moon Jae-in avait également dit qu'il souhaitait organiser à temps un référendum sur ce sujet pour les élections locales de juin 2018», a-t-il dit.

«Par conséquent, la révision n'est pas quelque chose à envisager, mais c'est une demande du peuple et une obligation du milieu politique», a-t-il ajouté. Le président a indiqué qu'il cherche actuellement à soumettre à l'Assemblée nationale une proposition conjointe des partis pour une révision en mars, mettre en place un vote parlementaire en juin et organiser un référendum le mois suivant au moment où la nation aura les élections locales.

Chung, de plus, a fait savoir que le Parlement représentant les citoyens devait mener des efforts pour la révision. Il a aussi souligné que les discussions sur la révision devaient se focaliser sur l'amélioration de l'autonomie régionale et la résolution de la concentration actuelle des pouvoirs dans un seul leader national, les causes pendant longtemps de la corruption et de la polarisation politique intense.

Déposer la proposition pour une révision constitutionnelle nécessite le soutien de la majorité des 300 députés. Le projet de loi ne peut être adopté qu’avec le soutien d’au moins deux tiers des députés.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)