2017/07/17 10:02 KST

Article View Option

(LEAD) Familles séparées : Séoul propose un dialogue le 1er août entre Croix-Rouge des deux Corées

Kim Sun-hyang, présidente par intérim de la Croix-Rouge sud-coréenne annonce la proposition d'un dialogue intercoréen pour des rencontres de familles séparées, le 17 juillet 2017.
Chef par intérim de la Croix-Rouge sud-coréenne

Kim Sun-hyang, présidente par intérim de la Croix-Rouge sud-coréenne annonce la proposition d'un dialogue intercoréen pour des rencontres de familles séparées, le 17 juillet 2017.

SEOUL, 17 juil. (Yonhap) -- Le gouvernement sud-coréen a officialisé sa proposition de dialogue entre Croix-Rouge des deux Corées le 1er août prochain dans le but d’organiser des réunions de familles séparées le 4 octobre.

La présidente par intérim de la Croix-Rouge sud-coréenne, Kim Sun-hyang, a annoncé cette proposition ce lundi matin à son siège à Namsan à Séoul, en suggérant de se réunir à la Maison de la paix qui se trouve dans la zone sud-coréenne du village de la trêve, Panmunjom.

Cette proposition de dialogue fait suite à la déclaration faite à Berlin le 6 juillet dernier par le président Moon Jae-in en marge du sommet du G20 en Allemagne. Moon a proposé à Pyongyang d’organiser des rencontres de familles séparées le 4 octobre prochain, jour du 10e anniversaire de la déclaration commune du 4-Octobre, signée par les défunts leaders Roh Moo-hyun du Sud et Kim Jong-il du Nord à l’issue du deuxième sommet intercoréen.

Le président Moon Jae-in à Berlin lors d'une conférence organisée par la fondation Körber, le 6 juillet 2017.
Moon Jae-in à Berlin

Le président Moon Jae-in à Berlin lors d'une conférence organisée par la fondation Körber, le 6 juillet 2017.

Kim a noté que «nombreux membres de familles séparées qui vivent en Corée du Sud et qui sont déjà vieux attendent ardemment ces rencontres et, côté nord-coréen, le constat sera le même», «les faire se rencontrer pendant qu’ils vivent encore est une priorité absolue en dehors de la question politique».

La Croix-Rouge sud-coréenne a dit au Nord que «nous souhaitons que la Croix-Rouge de la Corée du Nord réponde par le canal du bureau de liaison de la Croix-Rouge à Panmunjom», «nous espérons également que la Croix-Rouge réponde positivement à cette proposition». Les dernières rencontres entre familles séparées remonte à octobre 2015.

Malgré cette proposition de la Corée du Sud, il est peu probable que la Corée du Nord réponde favorablement car Pyongyang réclame comme condition à la tenue de ces rencontres entre familles séparées le rapatriement des 12 employées d’un restaurant nord-coréen en Chine qui ont fait défection au Sud en avril 2016 ainsi que d’une Nord-Coréenne qui exigerait son rapatriement.

Face à cette prétention nord-coréenne, le gouvernement sud-coréen maintient sa position que ces employées nord-coréennes sont venues au Sud selon leur libre volonté et qu’il n’y a pas de moyen légal pour rapatrier au Nord la transfuge nord-coréenne qui a acquis la nationalité sud-coréenne.

La 20e édition des rencontres de familles séparées tenue au mont Kumgang en Corée du Nord, en octobre 2015. (Photo d'archives)
Dernières rencontres de familles séparées

La 20e édition des rencontres de familles séparées tenue au mont Kumgang en Corée du Nord, en octobre 2015. (Photo d'archives)

jhoh@yna.co.kr

(FIN)