SNS Share
Article View Option

2016/04/19 16:13 KST

Aucune personnalité étrangère annoncée pour le 7e Congrès du Parti du travail nord-coréen

Le rassemblement de représentants du Parti au sein des armées nord-coréennes tenu du 12 au 13 avril derniers. Image diffusée par le quotidien nord-coréen Rodong Sinmun (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Le rassemblement de représentants du Parti au sein des armées nord-coréennes tenu du 12 au 13 avril derniers. Image diffusée par le quotidien nord-coréen Rodong Sinmun (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 19 avr. (Yonhap) -- A l’approche du premier Congrès du Parti du travail depuis 36 ans qui aura lieu le 7 mai prochain en Corée du Nord, la présence de poids lourds internationaux n’a toujours pas été signalée.

Ce 7e congrès sera un rassemblement de représentants du Parti pour décider des lignes directrices nationales, en présence du jeune leader nord-coréen, Kim Jong-un, qui a été nommé représentant des armées le 14 avril dernier, lors d’un rassemblement de représentants du Parti au sein des armées.

Malgré l’importance de l’évènement au sein du régime nord-coréen, aucune participation de personnalité étrangère n’a encore été annoncée. Une source bien informée sur la Corée du Nord a relevé que «pas de mouvement particulier pour l’invitation d’étrangers de haut niveau n’a été détecté malgré la visite récente de Kim Yong-chol (secrétaire du Parti chargé des affaires sud-coréennes) au Laos et dans d’autres pays proches de la Corée du Nord».

«Cela est largement dû au retrait de la diplomatie nord-coréenne sur la scène internationale à cause des sanctions contre Pyongyang, comme par exemple le projet avorté de participation de la Corée du Nord au Forum de Davos», a expliqué cette source.

Contrairement à l’atmosphère bien morose pour le Congrès du Parti de cette année, la dernière édition du congrès, en 1980, avait vu la participation de 177 délégations venues de 118 pays différents, dont Li Xiannian, le vice-président de la Chine à l’époque, Ahmed Sékou Touré, le président de la Guinée, et Robert Mugabe, le Premier ministre du Zimbabwe.

Un responsable du ministère de l’Unification du Sud a noté lors d’un briefing ce mardi que «par le biais d’un rassemblement central pour rapporter les préparations du 14 avril et des évènements préparatoires dans chaque domaine, le régime nord-coréen appelle à l’union idéologique et à la mobilisation au travail en masse mais on n’a pas observé un mouvement très vaste et spécial pour préparer le Congrès du Parti du travail».

Cet officiel du gouvernement de Séoul a aussi expliqué que la Corée du Nord souffre d’une baisse générale des devises avec «l’aggravation des conditions du commerce international et des projets pour gagner les devises». «Il y aurait donc des difficultés pour remplir les caisses de Kim Jong-un, notamment pour organiser les événements.»

Les habitants nord-coréens souffrent également de la campagne de travail appelée «Bataille des 70 jours», forçant à verser des fonds de loyauté, et aussi du contrôle des téléphones portables.

Il est à noter qu’à l’approche du Congrès du Parti du travail nord-coréen, il pourrait y avoir des provocations nord-coréennes comme un nouvel essai nucléaire souterrain ou un tir de missile à longue portée. Le responsable du ministère de l’Unification a souligné que «l’éventualité de tirs de missiles de portées moyenne et longue, comme le tir de missile (Musudan) le 15 avril, ou un nouvel essai nucléaire n’est pas totalement exclue».

Affiche du 7e Congrès du Parti du travail nord-coréen (Utilisation en Corée du Sud uniqument et redistribution interdite)
Affiche du 7e Congrès du Parti du travail nord-coréen (Utilisation en Corée du Sud uniqument et redistribution interdite)

jhoh@yna.co.kr

(FIN)