2018/09/12 18:18 KST

Article View Option

Des passeports ont été accordés aux anciennes employées nord-coréennes d'un restaurant

SEOUL, 12 sept. (Yonhap) -- Les anciennes employées nord-coréennes qui travaillaient dans un restaurant nord-coréen en Chine et qui ont fait défection en Corée du Sud ont toutes reçu des passeports, a fait savoir ce mercredi l'organisation Avocats pour une société démocratique.

Les douze employées du restaurant Ryukyung, situé à Ningbo en Chine, et le gérant Heo Kang-il, étaient arrivés en Corée du Sud en avril 2016.

Heo et une des employées avaient reçu un passeport peu de temps après mais pas les autres.

Un représentant de l'organisation Avocats pour une société démocratique, Minbyun en Coréen, a fait savoir que les deux dernières employées ont reçu leur passeport après que leurs demandes ont été rejetées à plusieurs reprises.

Une d'elles, qui a fait une demande de passeport le 9 août et qui a reçu un avis de rejet le 14 août a reçu son passeport le 30 août. L'autre femme a obtenu son passeport le 6 septembre, environ trois mois après sa demande.

Le sort des treize transfuges avait fait la une des journaux plus tôt cette année quand Heo a allégué dans une interview avoir été trompé et kidnappé par les autorités sud-coréennes.

Pyongyang a demandé à plusieurs reprises leur rapatriement, estimant que ses ressortissants ont été kidnappés. Séoul insiste qu'ils sont venus en Corée du Sud de leur plein gré.

Selon le représentant du Minbyun, le Service national du renseignement (NIS) semble avoir levé sa restriction sur l'octroi de passeports par crainte d'être accusé d'enfreindre les droits de l'Homme des transfuges.

«Minbyun se préparait à déposer un recours administratif contre le refus des autorités d'accorder un passeport aux anciennes employées du restaurant Ryukyung. Nous avons également déposé une requête auprès de la Commission nationale des droits de l'Homme de Corée, qui a ouvert une enquête», a dit ce dernier.

Un passeport peut être délivré à toute personne de nationalité coréenne. En vertu de l'article 12 de la loi sur les passeports, le NIS et la police nationale sont en mesure de rejeter une demande après une vérification d'antécédents.

(Photo d'archive Yonhap)
(Photo d'archive Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)