2018/06/13 06:00 KST

Article View Option

Elections locales : ouverture des 14.134 bureaux de vote

Des officiels de la Commission nationale des élections (NEC) installent des isoloirs dans le quartier de Dobong, dans le nord de Séoul, le mardi 12 juin 2018, veille des 7e élections locales.
Installation d'un bureau de vote

Des officiels de la Commission nationale des élections (NEC) installent des isoloirs dans le quartier de Dobong, dans le nord de Séoul, le mardi 12 juin 2018, veille des 7e élections locales.

SEOUL, 13 juin (Yonhap) -- Les Sud-Coréens sont appelés ce mercredi aux urnes pour les élections locales et législatives partielles qui sont perçues comme un test après un an de mandat du président progressiste Moon Jae-in.

Il s’agit d’élire un total de 4.016 représentants, à savoir 17 gouverneurs provinciaux et maires de grande ville, 226 chefs de collectivités locales, 824 conseillers régionaux et municipaux, 2.927 conseillers locaux, 17 recteurs d’académie et cinq conseillers éducatifs (Jeju).

Des élections législatives partielles se tiendront aussi pour attribuer les 12 sièges parlementaires vacants.

Les votes ont commencé à 6h et se dérouleront jusqu'à 18h dans les 14.134 bureaux de vote à travers le pays, a fait savoir la Commission nationale des élections (NEC). .

Un total de 42,9 millions d'électeurs ont le droit de participer à ces élections. C'est la première fois que les deux types d'élections se déroulent simultanément.

Le taux de participation au vote anticipé de deux jours s'est élevé à 20,14%, beaucoup plus élevé que les 11,5% enregistrés lors des élections locales de 2014, a noté la NEC.

Les récents sondages prévoient une victoire écrasante du Parti démocrate de Corée (PDC), au pouvoir, sur fond de soutien fort pour Moon et sa politique pour la paix vis-à-vis de la Corée du Nord.

Les partis rivaux évaluent attentivement l'impact du sommet historique entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump qui a eu lieu la veille à Singapour.

Cet événement sans précédent semble avoir été déjà pris en compte dans les élections électorales mais le rapprochement intercoréen est perçu comme une aubaine pour le PDC.

Le Parti Liberté Corée (PLC) espère que les électeurs conservateurs «timides» se prononceront activement après être récemment restés plus discrets sur des questions politiques.

La principale formation d'opposition souffre toujours du faible soutien du public après la destitution de l'ancienne présidente Park Geun-hye l'année dernière en raison du retentissant scandale de corruption.

lsr@yna.co.kr

(FIN)