2018/05/16 11:02 KST

Article View Option

Pas de bombardiers B-52 à l’exercice Max Thunder dans un contexte de protestation du Nord

SEOUL, 16 mai (Yonhap) -- Les bombardiers stratégiques américains B-52 ne participeront pas aux exercices conjoints en cours Corée du Sud-Etats-Unis, a fait savoir ce mercredi une source, quelques heures après que la Corée du Nord a subitement annulé la réunion intercoréenne de haut niveau pour protester contre ces exercices.

La manœuvre de deux semaines Max Thunder a débuté vendredi dernier, avec la participation de près de 100 avions, dont huit avions de chasse furtifs F-22 ainsi que des F-15K et F-16. Elle se déroule sous l'égide du Commandement des opérations des forces aériennes de la Corée du Sud et des 7es Forces aériennes américaines.

L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a accusé les exercices Max Thunder d'être une répétition d'invasion du Nord et une provocation dans ce climat de réchauffement des relations intercoréennes.

«Des avions de chasse furtifs F-22 ont déjà participé à l’exercice, alors que des B-52 ne les ont pas encore rejoints», a dit la source sous couvert d’anonymat. «Il semble que des B-52 ne participeront pas à l’exercice qui se déroulera jusqu’au 25 mai», a ajouté la source.

La Corée du Nord s’est montrée hostile, à plusieurs reprises, au déploiement de bombardiers B-52, qui font partie du parapluie nucléaire des Etats-Unis sur la péninsule coréenne.

La protestation est intervenue après que le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ont annoncé une déclaration historique durant leur sommet du mois dernier, à travers lequel ils se sont engagés à suspendre les activités hostiles sur terre, en mer et dans les airs.

La réaction brutale et l’annulation soudaine de la réunion intercoréenne de haut niveau qui était prévue pour aujourd’hui ont cependant suscité des préoccupations sur les efforts actuels pour instaurer la paix sur la péninsule coréenne.

Pyongyang a également contesté le point de vue conservateur selon lequel l’Etat communiste pourrait profiter de la déclaration intercoréenne pour dénoncer tous les exercices conjoints qui forment une partie intégrante du système de défense collectif Séoul-Washington.

Le ministre de la Défense Song Young-moo par ailleurs prévoit de tenir une réunion d’urgence avec le chef du Commandement des forces combinées (CFC), le général Vincent K. Brooks, pour discuter de la protestation de la Corée du Nord.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)