2018/04/17 09:00 KST

Article View Option

J-10 avant le sommet intercoréen : vers «une nouvelle histoire de la paix» sur la péninsule coréenne

SEOUL, 17 avr. (Yonhap) -- Dans 10 jours, la péninsule coréenne attirera l'attention du monde entier à l'occasion du sommet entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un qui aura lieu le 27 avril prochain à Panmunjom, la première du genre en 11 ans.

Le mot d’ordre du prochain tête-à-tête entre Moon et Kim sera la «paix» comme l’illustre le slogan «Paix, un nouveau commencement» choisi par le bureau présidentiel Cheong Wa Dae pour le sommet intercoréen. Moon avait par ailleurs souligné au cours d’une réunion du comité préparatoire l'importance d'«aller au-delà de la division et de la confrontation et écrire une nouvelle histoire de la paix».

Le prochain rendez-vous est en effet un résultat de la politique de Moon destinée à s’opposer fermement à toute forme de conflit et d’action militaire sur la péninsule et à établir un régime de paix durable, qui a suscité une réponse positive de la part du dirigeant nord-coréen.

Il est également à noter le sens que revêt le choix du site qui accueillera le troisième sommet intercoréen après ceux de 2000 et 2007 qui se sont déroulés à Pyongyang. Le village de la trêve de Panmunjom rappelle encore une fois l’instabilité du régime actuel régi par l’accord d’armistice et met l’accent sur l’urgence d’établir un régime de paix.

De surcroît, ce sera la première fois qu’un dirigeant nord-coréen posera le pied sur le sol sud-coréen depuis la division de la péninsule coréenne comme la réunion aura lieu à la Maison de la paix, bâtiment situé au sud de la Ligne de démarcation militaire (MDL).

En outre, cette première rencontre entre Moon et Kim servira aussi de guide du tout premier sommet historique entre la Corée du Nord et les Etats-Unis qui aura lieu fin mai ou début juin, nourrissant l’espoir de la voir poser la première pierre en vue de réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne et d’établir le régime de paix.

«Nous devons tenir avec succès le sommet Sud-Nord pour qu'il mène à la réussite du sommet Nord-Etats-Unis, mais aucun d'entre eux n'est une tâche facile», avait dit le président lors d'une rencontre avec un groupe de 21 conseillers.

Le président Moon Jae-in dirige la cinquième réunion du comité préparatoire en vue du sommet intercoréen le mercredi 11 avril 2018 à Cheong Wa Dae.
Comité préparatoire pour le sommet intercoréen

Le président Moon Jae-in dirige la cinquième réunion du comité préparatoire en vue du sommet intercoréen le mercredi 11 avril 2018 à Cheong Wa Dae.

Moon qui a pris le «volant» des questions liées à la péninsule coréenne se prépare avec une détermination ferme à sa prochaine rencontre avec Kim qui revêt une importance historique car il est persuadé qu’il s’agira d’une opportunité qui «n'arrivera qu'une fois dans une vie» pour résoudre fondamentalement les questions structurelles de la péninsule coréenne.

Confronté à la fois à l’urgence et au poids des demandes de l’époque pour laisser une péninsule pacifique et prospère à la prochaine génération, Moon cherche à conserver son sang froid malgré l’optimisme observé aussi bien dans le pays qu’à l’extérieur.

L’approche de Moon vis-à-vis de ce troisième sommet se distingue de celles adoptées lors des deux précédents sommets. Si ces derniers se sont plutôt focalisés sur la réconciliation et la coopération entre les deux Corées, Moon s’attend à ce que la troisième édition joue un rôle de guichet polyvalent pour aider à la fois à améliorer les relations intercoréennes et à résoudre fondamentalement les questions de la dénucléarisation et du régime de paix.

Pour ce faire, Moon veut assurer un rôle de «médiateur» entre la Corée du Nord et les Etats-Unis en considérant que les sommets Sud-Nord et Corée du Nord-Etats-Unis ne font qu’un dans ce processus.

Sur le plan des relations intercoréennes, Séoul cherche à mettre en place un «cadre de paix» en construisant la confiance entre les deux dirigeants au lieu de chercher à améliorer considérablement les liens bilatéraux dans l’immédiat. Plus concrètement, Moon vise à apaiser les tensions sur la péninsule coréenne et à favoriser la réconciliation et la coopération dans la durée en mettant en place une ligne de communication directe entre les deux dirigeants et en organisant régulièrement des sommets intercoréens.

Il cherche ainsi à amorcer un «processus» destiné à bâtir une confiance mutuelle et la paix plutôt qu’à produire des «résultats» à court terme. «Je vous demande de travailler avec l’objectif de poser un tremplin solide pour restaurer les relations Sud-Nord et assurer la paix et la prospérité sur la péninsule coréenne via le prochain sommet, plutôt que de travailler avec trop d’ambition pour résoudre tous les problèmes en même temps», avait noté le président lors d’une réunion du comité préparatoire.

En même temps, le prochain sommet intercoréen aura pour but de tâter le terrain en vue du premier sommet historique entre Washington et Pyongyang. Les sommets Sud-Nord et Corée du Nord-Etats-Unis se trouvent en effet sur la même voie, celle de la dénucléarisation. Dans cette perspective, le sommet intercoréen est une sorte de papier pH destiné à faire le point en amont du sommet entre le président américain Donald Trump et Kim.

Les principaux objectifs que Moon souhaite atteindre à travers les deux prochains sommets sont la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, l’établissement d’une paix permanente et le développement durable des relations intercoréennes avec le plus grand accent donné sur la dénucléarisation.

«A l’heure actuelle, nous nous trouvons sur la ligne de départ d’un long voyage vers la paix et la prospérité sur la péninsule coréenne. Nous sommes en train d’entreprendre une grande transition vers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, la paix durable et le développement soutenu des relations Sud-Nord dans l’histoire du monde», avait aussi souligné Moon lors de la réunion du comité préparatoire du sommet intercoréen.

Entre Washington qui exige une «dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible» et Pyongyang qui prône des «mesures progressives et synchronisées», Moon met en avant une feuille de route de la dénucléarisation axée sur un accord global et une mise en œuvre progressive pour tenter de trouver un terrain d'entente.

A l’issue du prochain sommet intercoréen, une «déclaration du 27-Avril» devrait être publiée tout comme les deux précédents sommets ont donné naissance aux déclarations communes du 15-Juin (2000) et du 4-Octobre (2007). Elle pourrait prendre la forme d’un accord concret incarnant la volonté ferme des deux dirigeants d’établir la paix et d'améliorer les liens intercoréens. Cela dit, le ballon sera très probablement envoyé aux prochaines négociations entre Trump et Kim sur les détails de la dénucléarisation.

lsr@yna.co.kr

(FIN)