2018/02/12 09:23 KST

Article View Option

(Interview Yonhap) Michaëlle Jean, secrétaire générale de la francophonie : «La Corée a bien compris le levier puissant du français»

© OIF
Michaëlle Jean, secrétaire générale de la francophonie

© OIF

SEOUL, 12 fév. (Yonhap) -- La secrétaire générale de la francophonie, Michaëlle Jean, a accordé dimanche soir à Séoul une interview à l’agence Yonhap dans le cadre de la tenue des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de PyeongChang 2018. Elle est dans le pays depuis le 7 février pour un séjour de six jours.

Michaëlle Jean a tout d'abord donné la raison de son voyage. Il «m'a permis de vérifier auprès des autorités coréennes leur compréhension de ce qui est possible d'engager comme coopération. Nous avons des valeurs communes et des valeurs universelles que nous défendons ensemble».

«Nous avons une autre grande raison de nous réjouir lors de ces Jeux», a-t-elle poursuivi, «car la république de Corée, qui vient de rejoindre l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) en tant que membre observateur (en novembre 2016), a bien compris l’enjeu politique fondamental du plurilinguisme et le levier puissant que représente la langue française, trait d’union pour agir, échanger, établir des liens et coopérer entre 84 Etats et gouvernements sur les cinq continents».

La secrétaire générale a expliqué pourquoi le monde francophone s’intéresse à la Corée du Sud, en soulignant ce qu’elle a su accomplir : «D’un pays en développement et à très faible revenu, le voici aujourd’hui hissé au rang de grande puissance économique mondiale. Son choix d’investir dans le capital humain, la recherche, l’innovation, l’éducation, la créativité a été judicieux.»

Selon elle, la Corée du Sud peut ainsi servir de «modèle» à d’autres pays. «Dans cette francophonie aujourd'hui, nous sommes aussi portés par des stratégies conjointes de développement, de développement humain, économique et social, d'investissement dans le capital humain, d'action à dimension environnementale, d'action en matière d'éducation et de formation», a-t-elle ajouté.

L’ancienne gouverneure générale du Canada (2005-2010), élue à la tête de l’OIF en novembre 2014, a assisté à la cérémonie d’ouverture des JO à l’invitation du Comité international olympique (CIO) dont l’OIF est partenaire pour veiller au respect de la règle 23 de la Charte olympique en vertu de laquelle le français est, avec l’anglais, la langue officielle des JO.

A rappeler que c’est à l’ancienne ministre française de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin que Michaëlle Jean a confié, en janvier 2017, le rôle de «grand témoin» de la francophonie pour ces Jeux d’hiver. Sa tâche a été d’établir des contacts avec les autorités coréennes, le CIO, le comité d’organisation et les représentants des Etats et gouvernements membres de la francophonie et du mouvement olympique francophone pour défendre la place du français à PyeongChang, Gangneung et Jeongseon.

A PyeongChang, la secrétaire générale, avec Fleur Pellerin (en Corée du 8 au 14 février), est donc allée vérifier que les services linguistiques offerts par les organisateurs aux athlètes, officiels, journalistes et au grand public, étaient aussi assurés en français.

Elle s'est dite «satisfaite» de voir que les consignes et recommandations allant dans ce sens ont été suivies, de la cérémonie d’ouverture des Jeux aux installations olympiques en passant par les conférences de presse et le personnel : «On a vu une constance dans la volonté de s'assurer que l'affichage et les services puissent être offerts en français comme en anglais.»

Michaëlle Jean (à l’extrême gauche) et Fleur Pellerin (à l’extrême droite) posent avec des athlètes devant le «mur de la trêve olympique» au village olympique de PyeongChang. © OIF
Devant le «mur de la trêve olympique»

Michaëlle Jean (à l’extrême gauche) et Fleur Pellerin (à l’extrême droite) posent avec des athlètes devant le «mur de la trêve olympique» au village olympique de PyeongChang. © OIF

Concernant la cérémonie d'ouverture, elle a confié avoir été très émue : «J'ai été très surprise de voir cette émotion me gagner au moment où, à plusieurs voix, on a entonné "Imagine" (de John Lennon). C'était très émouvant parce qu'on savait la résonnance que cela avait en ce lieu même, dans cette région même, pour cette péninsule et pour le monde. J'ai vraiment pleuré et je n'étais pas la seule. Beaucoup de gens étaient très émus...»

«J'ai été très touchée aussi par la délicatesse et la courtoisie dans cette façon d'accueillir des Coréennes et des Coréens. Je l'avais ressenti à Incheon aussi (il s'agit de sa deuxième visite dans le pays après sa participation au Forum mondial sur l'éducation 2015 organisée sous l'égide de l'Unesco). Ils sont très affables et d'une gentillesse incroyable.»

Selon les chiffres de l’OIF, le monde compte 274 millions locuteurs de français, dont 212 millions des cinq continents l’utilisent au quotidien, ainsi que 125 millions d’apprenants du/en français. La langue de Molière est la cinquième langue la plus parlée au monde, la deuxième langue des organisations internationales, la troisième des affaires et la quatrième sur Internet.

L’OIF souhaite poursuivre ses actions afin de renforcer le rayonnement de la langue française dans les structures de concertation et de décision en Asie-Pacifique, qu’elles soient politiques, économiques ou culturelles. L’action de l’OIF en Asie du Nord-Est dans le domaine du sport a vocation à se poursuivre, dans la mesure où les deux éditions suivantes des Jeux se dérouleront également dans la région (JO d’été à Tokyo en 2020 et JO d’hiver à Pékin en 2022).

Michaëlle Jean a aussi tenu à féliciter le dynamisme du corps diplomatique francophone à Séoul avec la création, à l’initiative de l’ambassade de France, du Conseil de promotion de la francophonie en Corée. Ce dernier a été lancé en décembre 2015 et regroupe les ambassadeurs de 38 pays membres et observateurs de l’OIF. Il est présidé cette année par l’ambassadeur du Maroc. Le conseil vise à promouvoir le développement de la francophonie au pays du Matin-Clair, l’ambassade de France en assurant le secrétariat.

Dans la foulée des Jeux olympiques, la Fête de la francophonie se déroulera du 16 au 31 mars. Pas moins d’une trentaine d’événements seront organisés à Séoul et dans plusieurs villes du pays. Pour plus d’informations sur la francophonie dans le monde et en Corée, visitez le site Internet suivant : http://francophonie.or.kr.

Michaëlle Jean lors de l'entretien accordé à Yonhap à l'hôtel Shilla à Séoul, le dimanche 11 février 2018.
Entretien

Michaëlle Jean lors de l'entretien accordé à Yonhap à l'hôtel Shilla à Séoul, le dimanche 11 février 2018.

Xavier Baldeyrou

(FIN)