2017/12/07 15:05 KST

Article View Option

Séoul cherche à accroître sa coopération économique avec Moscou

Song Young-gil, député du Parti démocrate de Corée nommé à la tête du Comité de coopération économique Nord (1er de la droite), lors de la première réunion du comité.
Song Young-gil, député du Parti démocrate de Corée nommé à la tête du Comité de coopération économique Nord (1er de la droite), lors de la première réunion du comité.

SEOUL, 07 déc. (Yonhap) -- La Corée du Sud renforcera sa coopération économique avec la Russie et d'autres pays du Nord dans divers domaines allant de l’énergie à la pêche en passant par la construction navale pour développer de futurs moteurs de croissance et assurer la stabilité régionale, a annoncé ce jeudi le Comité de coopération économique Nord.

Le comité présidentiel a dévoilé ce plan lors de sa première réunion présidée par Song Young-gil, député du Parti démocrate de Corée nommé à la tête du comité, en présence des ministres des Finances, des Affaires étrangères, de l’Unification et du Commerce et des chefs d’autres organes liés.

Le comité a été créé dans le cadre de la «nouvelle politique Nord» du président Moon Jae-in destinée à établir une vaste région économique englobant la péninsule coréenne, l’Extrême-Orient russe jusqu’à l’Asie du Nord-Est et l’Eurasie.

Cette nouvelle initiative vise à bâtir une communauté économique eurasiatique à travers la coopération entre la Corée du Sud et la Russie.

Le comité a proposé de mettre en place «neuf ponts» entre les deux nations incluant le gaz naturel, les voies ferroviaires, les ports maritimes, l’électricité, les routes maritimes arctiques, la construction navale, le travail, l’agriculture et la pêche. Il projette d’élaborer une feuille de route d’ici avril prochain.

Les projets conjoints incluent la liaison des chemins de fer intercoréens et du transsibérien, ainsi que l’établissement d’un grand réseau électrique qui reliera la Russie aux réseaux d’électricité d’Asie du Nord-Est comprenant la Corée du Sud, la Chine et le Japon.

«Nous mettrons en œuvre d’abord des mesures destinées à relier la Russie au grand réseau d’Asie du Nord-Est et à la route de la soie sibérienne», a déclaré Song lors de la réunion. «Le comité travaillera avec les ministères concernés pour obtenir des résultats tangibles dans les projets prometteurs.»

Pour cette vision ambitieuse, la participation nord-coréenne est essentielle comme les projets sont basés sur des infrastructures intérieures qui permettront de relier la Corée du Sud à la Russie à travers le pays communiste.

Si la participation de Pyongyang à cette initiative n’est pas un objectif réaliste pour le moment à cause des tensions militaires accrues, le comité a fait part de son souhait de voir à terme le Nord se joindre aux projets lorsque les conditions seront réunies à l'avenir.

«Comme la Corée du Nord est actuellement soumise à des sanctions internationales, nous nous efforcerons de réaliser des progrès dans les projets conjoints avec la Russie et d’autres pays pour le moment», a déclaré Lee Tae-ho, conseiller du président en charge du commerce. «Si nous faisons des progrès dans d’autres projets, la Corée du Nord pourrait s’intéresser aux projets. La vision finale du nouveau territoire économique nécessitera la participation de la Corée du Nord.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)