2017/12/04 21:06 KST

Article View Option

(LEAD) Accord de principe des partis rivaux sur le budget de l'année prochaine

SEOUL, 4 déc. (Yonhap) -- Les partis au pouvoir et de l'opposition ont conclu un accord provisoire aujourd’hui suite aux négociations sur le budget du gouvernement de l'année prochaine. Cependant, certains des principaux points de blocage, notamment la création d'emplois publics, dépendent du consentement de la principale formation de l’opposition qui a décidé de différer sa décision.

Les chefs du Parti démocrate de Corée (PDC), au pouvoir, du Parti Liberté Corée (PLC) et du Parti du peuple (PP), respectivement les première et deuxième formations de l’opposition, ont annoncé leur accord, deux jours après avoir manqué le délai légal d’adoption budgétaire des principales questions litigieuses dans le budget de 429.000 milliards de wons (395 milliards de dollars).

La proposition de création d’une enveloppe de 534,9 milliards de wons pour soutenir les efforts du président Moon Jae-in visant à créer 174.000 nouveaux emplois d'ici 2022 et le plan de «stabilité de l’emploi» de 3.000 milliards de wons pour financer l'augmentation du salaire minimum l'année prochaine demeurent des sujets controversés.

Les partis de l'opposition ont cherché à réduire le nombre d'emplois du secteur public à créer, arguant qu'une telle augmentation constituerait un fardeau trop lourd pour les générations futures. Ils ont également demandé que le plan de «stabilité de l’emploi» soit appliqué pour une année seulement.

Selon l'accord d'aujourd'hui, les partis se sont entendus sur un accord provisoire portant sur 9.475 nouveaux emplois dans la fonction publique, contre 12.221 initialement proposés par le PDC et l'administration Moon Jae-in dans le cadre du plan de création d'emplois gouvernemental.

Ils ont également convenu temporairement d'augmenter le taux d'imposition des entreprises à 25% pour celles dont le bénéfice imposable est supérieur à 300 milliards de wons. Néanmoins, le PLC a clairement fait savoir qu'il désapprouvait ces deux dispositions.

Le parti conservateur a indiqué qu'il tiendrait une réunion dans la soirée afin de finaliser sa décision sur les deux propositions.

La classe politique s’est accordée pour fixer la subvention de l’Etat aux petites entreprises contre la hausse prévue du salaire minimum à 2.970 milliards de wons à l'année prochaine, le montant de la subvention de 2019 ne devant pas dépasser les dépenses de l'année précédente.

La subvention destinée à soutenir la hausse du salaire minimum intervient alors que le gouvernement a décidé de fournir un soutien financier pour compenser les coûts de la forte hausse du taux horaire minimum légal, qui augmente de 16,4% à 7.485 wons.

Le Parlement tiendra une session plénière demain pour soumettre au vote le projet de loi budgétaire révisé.

Les patrons des partis rivaux - Chung Woo-taik (à g.) du Parti Liberté Corée, conservateur, Woo Won-shik (2e en partant de la g.) du Parti démocrate de Corée, au pouvoir, et Kim Dong-cheol (2e en partant de la d.) du Parti du peuple, libéral, ainsi que le ministre des Finances Kim Dong-yeon joignent leurs mains à l'annonce d'un accord de principe sur le plan de dépenses budgétaires 2018, le 4 décembre 2017
Les patrons des partis rivaux - Chung Woo-taik (à g.) du Parti Liberté Corée, conservateur, Woo Won-shik (2e en partant de la g.) du Parti démocrate de Corée, au pouvoir, et Kim Dong-cheol (2e en partant de la d.) du Parti du peuple, libéral, ainsi que le ministre des Finances Kim Dong-yeon joignent leurs mains à l'annonce d'un accord de principe sur le plan de dépenses budgétaires 2018, le 4 décembre 2017

lp@yna.co.kr

(FIN)