2017/11/05 11:17 KST

Article View Option

(FOCUS) Des experts appellent Moon et Trump à montrer leur unité et solide alliance

Le président Moon Jae-in et le président américain Donald Trump échangent une poignée de main à l'hôtel Lotte New York Palace le jeudi 21 septembre 2017, lors de leur sommet bilatéral.
Poignée de main

Le président Moon Jae-in et le président américain Donald Trump échangent une poignée de main à l'hôtel Lotte New York Palace le jeudi 21 septembre 2017, lors de leur sommet bilatéral.

SEOUL, 05 nov. (Yonhap) -- A deux jours seulement de la visite du président américain Donald Trump en Corée du Sud, des experts ont appelé ce dimanche les dirigeants des deux pays à se servir de leur sommet pour réaffirmer leur alliance solide et à toute épreuve et dissiper les inquiétudes sur leurs éventuelles divergences d'opinion sur des sujets importants.

Trump arrivera en Corée du Sud mardi prochain pour une visite de deux jours dans le cadre de sa première tournée en Asie, qui l’emmènera aussi au Japon, en Chine, au Vietnam et aux Philippines.

Sa visite aura lieu dans un contexte de tensions accrues suite au sixième et plus puissant essai nucléaire du 3 septembre et à une série de tirs de missiles balistiques en Corée du Nord.

Les présidents Moon Jae-in et Trump tiendront mardi un sommet qui sera très probablement dominé par le dossier du nucléaire en Corée du Nord.

«Le plus important est de montrer que la Corée du Sud et les Etats-Unis coordonnent étroitement (leurs moyens de faire) face au Nord, avec les mêmes objectifs», a déclaré Yun Duk-min, ancien chancelier de l'Académie diplomatique nationale de Corée (KNDA). «Il serait très mauvais qu'une quelconque différence soit exposée.»

Chun Young-woo, qui a été conseiller aux affaires étrangères et à la sécurité nationale de l’ancien président Lee Myung-bak, était également du même avis.

«Gérer les choses sans causer de cacophonie est le plus important (concernant la visite de Trump et le sommet)», a noté Chun.«Résoudre tout malentendu et manque de confiance lors de la réunion est important en soi mais une plus grande importance doit être accordée à empêcher de telles impressions d'émerger.»

Moon et Trump ont par le passé laissé apparaître des divergences de vue sur la manière de traiter le dossier nord-coréen.

Séoul cherche à relancer le dialogue avec le Nord dans le cadre d’une approche à deux voies qui met l’accent à la fois sur la pression et le dialogue pour résoudre le problème nucléaire nord-coréen.

Le gouvernement Trump semble intransigeant sur le fait qu’il doit y avoir un changement important dans le comportement du Nord avant de relancer tout dialogue.

«Quoi qu’il en soit, tout tournera autour du nucléaire nord-coréen et de l’alliance entre la Corée du Sud et les Etats-Unis lorsque Trump sera ici», a estimé Kim Sung-han, professeur de l’université de Corée. «En tenant en compte les inquiétudes selon lesquelles les deux pays ne seraient pas sur la même longueur d’onde, les dirigeants doivent s’assurer (de montrer) que ce n’est pas le cas.»

Les opions sont divisées sur la façon dont le gouvernement sud-coréen doit réagir à la politique américaine vis-à-vis du Nord dirigée par les pressions. Certains affirment qu’il ne serait pas bon que la visite de Trump et le sommet soient utilisés comme l’occasion de montrer leurs divergences et exhortent le gouvernement Moon de s'abstenir de mettre en avant ses efforts pour renouer le dialogue avec le Nord.

D’autres pensent que les alliés doivent envoyer un message indiquant qu'ils coopèreront étroitement pour faire pression sur le Nord de sorte à le ramener aux négociations sur sa dénucléarisation.

Ils se sont inquietés de voir d'éventuels désaccords entre les deux pays affecter d’autres sujets épineux comme les actuelles négociations sur la révision de leur accord de libre-échange (ALE) et les futures discussions sur le partage des coûts liés au stationnement des forces américaines en Corée du Sud.

Trump a décrit l’ALE avec la Corée du Sud comme un traité détruisant les emplois américains et responsable de l' énorme déficit de son pays. Il a aussi demandé à Séoul d’assumer une plus grande charge financière pour maintenir les 30.000 soldats américains en Corée du Sud.

Les experts ont enjoint au gouvernement de bien se préparer à d'éventuels propos imprévus de Trump sur ces questions au cours de son voyage dans le pays, qui pourraient faire dérailler les efforts cherchant à mettre en avant l’unité et la solidité de l'alliance pendant le sommet.

lsr@yna.co.kr

(FIN)