2017/10/13 08:39 KST

Article View Option

L’ex-présidente Park sera libérée ou restera en détention ce vendredi

SEOUL, 13 oct. (Yonhap) -- La Cour centrale du district de Séoul décidera aujourd’hui de la libération ou de la poursuite de la détention de l’ancienne présidente Park Geun-hye qui subit depuis plusieurs mois un procès pour un vaste scandale de corruption qui a entraîné sa destitution au début de l’année.

Park a été contrainte de quitter la présidence du pays et a été arrêtée en mars en raison d’accusations de pots-de-vin et d’abus de pouvoir dans le cadre d’une grande affaire de trafic d’influence. Elle fait actuellement l’objet d’un mandat d’arrêt qui arrivera à terme lundi prochain.

Un nouveau mandat d’arrêt du tribunal à son encontre forcerait l’ancienne chef de l’Etat à rester derrière les barreaux pour une autre période de six mois comme le code de procédure pénale de la Corée du Sud le prévoit.

Les procureurs ont demandé au tribunal à la fin du mois dernier de prolonger sa détention en expliquant que leurs interrogatoires des témoins ne pourront être achevés à temps. L’audience de ce vendredi est la 80e du procès qui a débuté en mai.

Selon le Parquet, si Park retrouve la liberté, les chances sont grandes pour qu’elle ne se présente plus devant les juges, ce qui ralentirait fortement le déroulement du procès suivi par toute la population.

Park est soupçonnée, avec sa vieille amie Choi Soon-sil, également en détention, d’avoir extorqué près de 43 milliards de wons (37 millions de dollars) à des grands conglomérats, dont Samsung, et d’avoir laissé celle-ci s’immiscer dans les affaires de la nation.

L’accusation a prévenu qu’un nouveau mandat d’arrêt serait possible du fait de versements de dessous-de-table présumés par d’autres chaebols comme SK et Lotte.

De son côté, la défense estime qu’un prolongement de la détention n’est pas nécessaire comme le procès arrive à son terme. Elle a par ailleurs demandé au tribunal de prendre en considération le mauvais état de santé de Park qui a pu sortir à deux occasions du centre où elle est enfermée afin de recevoir des soins médicaux pour une blessure à un orteil et des douleurs au dos.

L'ancienne présidente Park Geun-hye arrive à la Cour centrale du district de Séoul pour une session de son procès, le 10 octobre 2017.
Park Geun-hye

L'ancienne présidente Park Geun-hye arrive à la Cour centrale du district de Séoul pour une session de son procès, le 10 octobre 2017.

xb@yna.co.kr

(FIN)