SNS Share
Article View Option

2017/03/31 14:15 KST

Park en détention : le verdict de 1ère instance pourrait tomber en octobre

SEOUL, 31 mars (Yonhap) -- D’après le code pénal, la durée maximum d’un placement en détention d’un accusé avant le premier jugement s’élève à six mois à partir de la mise en accusation. Il est donc possible que la décision du procès en première instance de l’ex-présidente Park Geun-hye soit rendue au plus tôt au milieu d’octobre prochain.

Le Parquet va également accélérer la mise en examen de l’ex-présidente placée en détention ce vendredi puisque la durée maximum de cet état d’arrestation est de 20 jours. Afin d’éviter d’influencer la course à l’élection présidentielle qui commencera le 17 avril prochain pour le vote le 9 mai prochain, le Parquet pourrait engager des poursuites judiciaires vers le milieu d’avril.

L'ex-présidente Park Geun-hye sort de la Cour centrale du district de Séoul après 8 heures et 40 minutes d'audience pour un examen de la demande de détention provisoire à son encontre, le soir du 30 mars 2017, dans le cadre des enquêtes sur l'affaire de corruption et de réception de pots-de-vin en collusion avec Choi Soon-sil. (Yonhap)
Par ici

L'ex-présidente Park Geun-hye sort de la Cour centrale du district de Séoul après 8 heures et 40 minutes d'audience pour un examen de la demande de détention provisoire à son encontre, le soir du 30 mars 2017, dans le cadre des enquêtes sur l'affaire de corruption et de réception de pots-de-vin en collusion avec Choi Soon-sil. (Yonhap)

Si cela se matérialise, le procès de l’ex-présidente pourrait débuter après l’élection présidentielle alors que le tribunal pourrait avoir besoin de plusieurs séances préparatoires à la vue des chefs d’accusation retenus contre Park comme cela est le cas pour l’héritier du groupe Samsung, Lee Jae-yong, actuellement incarcéré pour versement de pots-de-vin supposé.

Etant donné que l’ex-présidente nie la globalité des accusations, il est aussi possible que ces séances préparatoires soient encore prolongées. Si d’autres chefs d’accusation apparaissent durant le procès, le temps de détention pourrait être renouvelé de six mois.

Pour les anciens présidents Chun Doo-hwan et Roh Tae-woo, le jugement de première instance est tombé huit mois après leur mise en examen.

Park Geun-hye, ancienne présidente destituée le 10 mars 2017 par la Cour constitutionnelle, arrive au centre de détention de Séoul dans la nuit du 30 au 31 mars 2017 après avoir assisté à une audience qui a duré 8 heures et 40 minutes à la Cour centrale du district de Séoul pour un placement en détention de Park impliquée dans les affaires de corruption et de réception de pots-de-vin en collusion avec Choi Soon-sil, sa confidente de 40 ans.</p><p>(Yonhap)
Ex-présidente

Park Geun-hye, ancienne présidente destituée le 10 mars 2017 par la Cour constitutionnelle, arrive au centre de détention de Séoul dans la nuit du 30 au 31 mars 2017 après avoir assisté à une audience qui a duré 8 heures et 40 minutes à la Cour centrale du district de Séoul pour un placement en détention de Park impliquée dans les affaires de corruption et de réception de pots-de-vin en collusion avec Choi Soon-sil, sa confidente de 40 ans.

(Yonhap)

Le véhicule de l'ex-présidente Park Geun-hye arrive au centre de détention de Séoul dans la nuit du 30 au 31 mars 2017 après une audience qui a duré 8 heures et 40 minutes à la Cour centrale du district de Séoul qui a décidé la détention provisoire. Le tribunal a reconnu le risque de destruction de preuves et a estimé que les chefs d'accusation prouvent la nécessité d'un placement en détention de Park impliquée dans les affaires de corruption en collusion avec Choi Soon-sil, sa confidente de 40 ans. </p><p>(Yonhap)
Déception

Le véhicule de l'ex-présidente Park Geun-hye arrive au centre de détention de Séoul dans la nuit du 30 au 31 mars 2017 après une audience qui a duré 8 heures et 40 minutes à la Cour centrale du district de Séoul qui a décidé la détention provisoire. Le tribunal a reconnu le risque de destruction de preuves et a estimé que les chefs d'accusation prouvent la nécessité d'un placement en détention de Park impliquée dans les affaires de corruption en collusion avec Choi Soon-sil, sa confidente de 40 ans.

(Yonhap)

La voiture de l'ex-présidente Park Geun-hye part du Parquet central du district de Séoul à Seocho, dans la nuit du 30 au 31 mars 2017 pour prendre la direction du centre de détention de Séoul, après une audience de 8 heures et 40 minutes pour l'examen de la demande de détention provisoire contre Park impliquée dans le scandale Choi Soon-sil. </p><p>(Yonhap)
Départ

La voiture de l'ex-présidente Park Geun-hye part du Parquet central du district de Séoul à Seocho, dans la nuit du 30 au 31 mars 2017 pour prendre la direction du centre de détention de Séoul, après une audience de 8 heures et 40 minutes pour l'examen de la demande de détention provisoire contre Park impliquée dans le scandale Choi Soon-sil.

(Yonhap)

L'audience de l'examen pour la détention provisoire de l'ex-présidente Park Geun-hye a pris fin le soir du 30 mars 2017 à la Cour centrale du district de Séoul. Cette audience a duré 8 heures et 40 minutes afin d'examiner le dossier d'accusation contre Park impliquée dans le scandale Choi Soon-sil ainsi que la nécessité d'un placement en détention de l'ex-présidente destituée le 10 mars dernier par la Cour constitutionnelle. </p><p>(Yonhap)
Sortie

L'audience de l'examen pour la détention provisoire de l'ex-présidente Park Geun-hye a pris fin le soir du 30 mars 2017 à la Cour centrale du district de Séoul. Cette audience a duré 8 heures et 40 minutes afin d'examiner le dossier d'accusation contre Park impliquée dans le scandale Choi Soon-sil ainsi que la nécessité d'un placement en détention de l'ex-présidente destituée le 10 mars dernier par la Cour constitutionnelle.

(Yonhap)

L'ancienne présidente Park Geun-hye arrive à la Cour centrale du district de Séoul le jeudi 30 mars 2017 pour assister à l'audition en vue de décider de sa détention ou non.</p><p>(Yonhap)
Devant le tribunal

L'ancienne présidente Park Geun-hye arrive à la Cour centrale du district de Séoul le jeudi 30 mars 2017 pour assister à l'audition en vue de décider de sa détention ou non.

(Yonhap)

jhoh@yna.co.kr

(FIN)