SNS Share
Article View Option

2017/02/17 14:20 KST

Les représentants de la présidente Park choqués par l'arrestation de l'héritier de Samsung

SEOUL, 17 fév. (Yohnap) -- Les représentants de la présidente Park Geun-hye ont déclaré ce vendredi être choqués par l'arrestation de l'héritier de Samsung Lee Jae-yong, ajoutant clairement que la décision n'indique pas nécessairement que Lee est coupable.

Lee, vice-président de Samsung Electronics Co. a été arrêté plus tôt ce matin pour actes de corruption dans le scandale politique impliquant Park et Choi Soon-sil, la confidente de longue date de la présidente.

Park a été destituée par l'Assemblée nationale en décembre suite aux allégations selon lesquelles elle a enfreint la Constitution et d'autres lois dans le cadre du scandale Choi Soon-sil. Cette dernière est soupçonnée d'avoir exercé une influence sur les affaires de l'Etat et d'avoir bénéficié d'avantages illégaux.

Samsung a reconnu plus tôt avoir versé des contributions à deux fondations, K-Sports et Mir, qui seraient contrôlées par Choi, et à son entreprise basée en Allemagne, mais a nié que ce don aurait eu pour but de remporter le soutien du gouvernement envers une fusion entre deux filiales de Samsung.

«C'est choquant. L'établissement des fondations Mir et K-Sports n'est pas lié à la succession de Samsung», a indiqué un représentant de Park. «Nous avons besoin de voir si (la contribution) constitue de la corruption.»

Park et ses avocats ont maintenu leur position selon laquelle les fondations ont été créées pour soutenir les secteurs culturel et sportif du pays. La présidente a insisté qu'elle ne connaît rien des méfaits commis par les personnes sous sa direction ou par sa confidente de longue date et qu'elle n'a sûrement pas reçu des pots-de-vin.

En 2015, Samsung a fusionné deux de ses filiales, pour renforcer le contrôle de Lee Jae-yong sur le groupe, malgré les éventuelles pertes que cela aurait occasionné à certains actionnaires. Le Parquet soupçonne que Samsung a soutenu Choi en échange de son influence sur la présidente pour obtenir une faveur du Service national des retraites (NPS) lors de la fusion.

«Lee est seulement arrêté. Il n'est pas encore déclaré coupable des charges soulevées contre lui. Nous avons besoin de voir les procédures du procès», a indiqué un autre officiel. «Nous sommes préoccupés par le fait que l'équipe du procureur indépendant franchit la ligne en termes d'enquête. Mais le procès sur la destitution et l'arrestation de Lee sont des cas différents. La procédure de destitution examine seulement si la présidente a violé ou non la Constitution. Il y aura des disputes légales plus intenses», a fait savoir une autre officiel.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)