SNS Share
Article View Option

2013/10/21 14:49 KST

Ouverture d'une enquête sur la poltitique antisyndicale de Samsung

SEOUL, 21 oct. (Yonhap) -- Le ministère de l’Emploi et du Travail prévoit d’ouvrir une enquête pour éclaircir les allégations autour du groupe Samsung, qui aurait donné à ses filiales l’ordre de déjouer toute tentative d’organisation en syndicat de leurs employés, selon une source du ministère ce lundi.

La lumière a été portée sur cette affaire suite aux déclarations du député de l’opposition Sim Sang-jung, issu du Parti pour le progrès unifié, qui a présenté un document décrivant la stratégie adoptée par Samsung en ce qui concerne la relation entre le patronat et les syndicats.

Ce document prouve qu’une instruction a bien été donnée aux filiales du groupe de dissoudre les syndicats existants, selon le député Sim qui a récemment publié le contenu du document en question.

«Nous sommes dans l’obligation de porter notre attention sur les conditions de travail (au sein du groupe Samsung) suite à la divulgation d’un document», a déclaré un officiel du ministère souhaitant conserver son anonymat.

Le groupe Samsung, qui adopte une politique ouvertement antisyndicale, n’a jusqu’à ce jour jamais fait l’objet d’une enquête portant sur l’ensemble de son conglomérat pour des irrégularités quant à son encadrement salarial.

L’une de ses sous-unités, Samsung Electronics, a quant à elle été placée sous surveillance du gouvernement pour une période de deux mois plus tôt dans l’année, en raison de soupçons autour de mutations illégales vers d’autres compagnies.

Les officiels du ministère ont cependant déclaré avoir besoin de preuves concrètes montrant que le groupe a effectivement mis en place un plan de dissolution des syndicats avant de pouvoir engager des poursuites.

claire@yna.co.kr

(FIN)