SNS Share
Article View Option

2012/08/10 17:16 KST

(3e LD) Lee se rend sur les îlots de Dokdo

Les îlots de Dokdo (Photo d`archives Yonhap)
SEOUL, 10 août (Yonhap) -- Le président sud-coréen Lee Myung-bak s'est rendu ce vendredi sur les îlots de Dokdo, une visite sans précédent qui affirme clairement la souveraineté de Séoul sur le territoire et pourrait faire monter les tensions diplomatiques avec le Japon.

  
Lee est allé sur les îlots situés en mer de l'Est entre la péninsule coréenne et le Japon après une visite à l'île d'Uleung, située à côté de Dokdo, a fait savoir un officiel présidentiel de haut niveau sous couvert d'anonymat.

  
Avec cette visite Lee est devenu le premier président sud-coréen à se rendre sur ces îlots. Elle intervient également quelques jours avant le jour de la Libération, qui célèbre l'indépendance de la colonisation japonaise.

  
Les ministres de l'Environnement et de l'Education ont accompagné Lee, selon les officiels, qui ont ajouté que le président a fait une déclaration durant la visite pour dire que l'île d'Ulleung et les îlots de Dokdo doivent être bien préservés de manière écologique.

  
La visite devrait tendre les relations entre Séoul et Tokyo.

  
Le Japon revendique depuis longtemps la souveraineté sur les îlots de Dokdo dans les manuels, rapports gouvernementaux et par plusieurs autres moyens, affectant ainsi les liens entre les deux pays. La semaine dernière, le Japon a renouvelé sa souveraineté dans son livre blanc sur la défense.

  
Le ministre des Affaires étrangères japonais Koichiro Gemba avait exhorté la Corée du Sud à annuler la visite sur les îlots de Dokdo.

  
«Si la visite se réalise, ça veut dire qu'elle va à l'encontre de la position de notre pays et nous demandons fortement l'annulation», avait indiqué Gemba aux journalistes à Tokyo, selon l'agence de presse japonaise Kyodo. «Nous devons répondre fermement à cette visite».

  
Gemba avait également dit que la visite «aurait définitivement un grand impact» sur les relations avec Séoul.

  
Le Japon projette aussi de rappeler son ambassadeur à Séoul Masatoshi Muto, selon les rapports.

  
Le média japonais avait également informé que la Corée du Sud a notifié à Tokyo de son plan, mais les officiels à Séoul avaient rejeté les rapports japonais.

  
«Pourquoi devons-nous notifier le Japon quand notre président se rend sur notre territoire ?», avait questionné un officiel.

  
Il n'est pas clair pourquoi Lee a choisi de faire une visite à ce moment, environ six mois avant la fin de son mandat en février 2013, mais les aides de Lee ont dit que le président avait envisagé de visiter les îlots de Dokdo depuis le début de son mandat en février 2008.

  
«Le président Lee a fait des efforts pour se rendre à Dokdo plusieurs fois, mais a abandonné les plans» à cause de plusieurs raisons, a indiqué un secrétaire de haut niveau sous couvert d'anonymat.

  
Les analystes ont dit qu'une visite de Lee à Dokdo pourrait affecter les projets d'échange avec le Japon, tels que les efforts pour conclure le traité militaire qui pourrait être leur premier contrat militaire mais maintenant suspendus et les négociations pour un accord de libre-échange entre les deux grandes économies d'Asie.

  
«Les relations entre la Corée du Sud et le Japon ne peuvent qu’être tendues», a déclaré Chin Chang-soo, analyste de haut niveau sur les affaires Corée-Japon de l'Institut Sejong. «Les tensions pourront durer longtemps.»

Mais certains disent que la visite montre l'intention ferme de Séoul pour protéger sa souveraineté sur les îlots de Dokdo.

  
«Il pourrait être une opportunité de faire réaliser aux leaders politiques japonais le fait que c’est un sujet sérieux», a fait savoir un diplomate retraité sous couvert d'anonymat.

  
La Corée du Sud et le Japon sont de grands partenaires et coopèrent étroitement dans les efforts pour faire abandonner à la Corée du Nord son programme d'armes nucléaires. Mais les sujets liés à la colonisation japonaise ont été des obstacles pour les relations entre les deux pays.

  
rainmaker0220@yna.co.kr
(FIN)