> National
2012/07/26 16:55 KST
Séoul examinera les allégations sur les dégâts subis par l'industrie automobile française suite à l'ALE


SEOUL, 26 juil. (Yonhap) -- Le gouvernement sud-coréen a fait part ce jeudi de son plan de se pencher sur les allégations selon lesquelles l’industrie automobile française a été touchée suite à l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange (ALE) entre la Corée du Sud et l’Union européenne (UE).

  
«Pour que la France applique la clause de sauvegarde, le rapport doit montrer que la réduction des tarifs douaniers a causé des dégâts à l’industrie en question. Nous examinerons donc si cela est bien le cas», a déclaré un officiel du ministère des Affaires étrangères sud-coréen.

  
Cette décision est intervenue un jour après que le ministre du Redressement productif français, Arnaud Montebourg, a fait part de son intention de demander des mesures de surveillance en vue d’appliquer la clause de sauvegarde contre les voitures sud-coréennes qui ont considérablement accru leur présence sur le marché automobile français depuis la signature de l’ALE Corée-UE.

  
S’il est vrai que les exportations de voitures sud-coréennes vers la France ont augmenté après la mise en place de l’ALE Corée-UE, il reste à prouver de manière objective leur impact réel sur l’industrie automobile française.

  
Le gouvernement français a informé l’ambassade de Corée du Sud en France de cette décision à la veille de l’annonce de son plan de soutien à la filière automobile.

   lsr@yna.co.kr
(FIN)